OFSP

Pour accéder au site, cliquez sur l’image

Informations détaillées

L’objectif de l’ OFSP est de promouvoir et de protéger la santé de toutes les personnes résidant en Suisse.

L’ OFSP entend encourager la compétence des individus en matière de santé et les inciter à adopter un comportement responsable dans ce domaine. Il souhaite par ailleurs que la promotion et la protection de la santé ainsi que la prévention des maladies et des accidents soient mises en oeuvre dans une perspective globale et cohérente, afin que chacun puisse bénéficier du meilleur système de santé possible.

C’est pourquoi il s’occupe des thèmes suivants :

    • épidémies, maladies infectieuses (dont le IST parmi lesquelles le Sida),
    • drogues et prévention des toxicomanies,
    • sécurité des denrées alimentaires,
    • radioprotection et lutte contre les nuisances sonores,
    • évaluation et contrôle des produits chimiques et toxiques,
    • recherche sur les cellules souches, bio-terrorisme et
    • assurance maladie et accidents.

L’ Office fédéral de la santé publique (OFSP) s’occupe de sujets aussi différents que les conditions des examens pour les candidats médecins-dentistes, la sécurité des installations à rayons X, le recensement de maladies infectieuses et l’encouragement de programmes d’échange de seringues pour les toxicomanes. Face à une telle multiplicité, on peut se demander quelle peut bien être la philosophie ou le dénominateur commun qui tient lieu de fil conducteur à toutes ces activités.

C’est à cette question que les principes directeurs de l’ OFSP sont censés répondre. Ils définissent les règles de gestion qui doivent guider l’action des collaborateurs de l’ OFSP , démontrant ainsi que même un office de l’administration fédérale peut exercer son action en appliquant le principe moderne et efficace de la « gestion par objectifs ».

Ils prennent par ailleurs en compte l’importante évolution que la notion de santé a subi au cours des deux dernières décennies, en reprenant la conception propagée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), selon laquelle la santé n’est pas seulement l’absence de maladie, mais un bien-être physique, psychique et social.


Mandat

L’ Office fédéral de la santé publique (OFSP) fait partie du Département fédéral de l’intérieur. Autorité à vocation nationale, elle représente les intérêts sanitaires de la Suisse dans les organisations internationales et auprès d’autres Etats. De concert avec les cantons, l’ OFSP assume la responsabilité des domaines touchant à la santé publique ainsi que la mise en œuvre de la politique sanitaire nationale.

Sa mission consiste également à maintenir et à développer les volets « maladie » et « accidents » de l’assurance sociale, à définir les prestations obligatoirement prises en charge par les assurances-maladie et à exercer la haute surveillance sur les assurances sociales (maladie et accidents).

L’ OFSP édicte des prescriptions visant la protection des consommateurs, en particulier pour ce qui concernant les denrées alimentaires, les produits chimiques, les produits thérapeutiques, les cosmétiques et les objets usuels, et veille à l’application des lois y afférentes. Parmi ses compétences figurent également, à l’échelle suisse, la surveillance des maladies contagieuses, la radioprotection et la mise en œuvre des prescriptions correspondantes.

L’office élabore, par ailleurs, les programmes nationaux de lutte contre les dépendances (tabac, alcool, drogues illégales), encourage les modes de vie sains (volets « nutrition et activité physique » et « santé et environnement ») et dirige le Programme national VIH et sida.

En outre, il réglemente la formation universitaire et postgraduée des médecins, dentistes, pharmaciens et vétérinaires et décerne les diplômes fédéraux pour ces professions.

De plus, il est en charge de la législation touchant à la sécurité biologique, à la recherche sur l’être humain (y compris sur les cellules souches) et à la médecine de la transplantation, domaines dont il assure aussi la haute surveillance.

L’ OFSP emploie quelque 500 personnes. Il gère un budget annuel de 129 millions de francs ainsi que les 1.85 milliards de francs consacrés à la réduction des primes d’assurance-maladie obligatoire.


Documents joints