Accueil du site > Santé > Santé LGBT > Vrais Visages
Vrais Visages

Pour accéder au site, cliquez sur l’image

Si vous êtes dans la région lémanique (je suis basée dans les environs de Lausanne) et que vous souhaitiez engager une relation d’aide, voici comment me joindre :

Par courrier électronique : marieno vrais-visages.net

Messagerie instantanée Jabber : marienoelleb amessage.ch

Je suis joignable par téléphone, chez moi, le soir, jusqu’à 21H : 079 796 30 14

Je reçois à domicile, le soir, en semaine.

Marie-Noëlle Baechler
Chemin du Plan-Bourdin 8
1806 St-Légier La Chiésaz

Mes tarifs varient de cas en cas et ils tiennent compte de la capacité économique de la personne.

Je vous propose une première séance pour faire connaissance, pour nous présenter mutuellement, pour que vous puissiez dire ce qui vous amène et ce que vous cherchez et pour que je puisse vous présenter ce que je vous propose. Si cela vous parle, nous pourrons alors définir un rythme de travail.


Informations détaillées

Bienvenue sur le site de Marie-Noëlle Baechler

Ce site est dédié aux personnes différentes qui sont en recherche de leur vrai visage.

Je vous souhaite la bienvenue sur mon site, que j’ai créé pour présenter mon expérience, les fruits de mon propre cheminement, ma pratique de relation d’aide et d’accompagnement des personnes. J’espère que vous y trouverez ce que vous cherchez et je vous souhaite une bonne exploration !

Ce qui m’anime, c’est, après un très long voyage, le souci d’aider d’autres personnes à trouver le moyen de ne pas rester sur le bord du chemin. Ayant moi même l’expérience de graves maltraitances et ayant dû, en plus, assumer ma propre différence, je sais combien le chemin peut être rude pour les personnes qui sont dans cette situation.

Aujourd’hui j’ai réussi à acquérir l’assise intérieure dont j’avais besoin pour me libérer de mes entraves, j’ai réussi à faire mon chemin et à trouver une place dans la société, j’ai réussi à trouver le bonheur dans ma vie quotidienne. Bref, je fais l’expérience que cela a valu la peine de lutter contre une douleur terrible pendant des décennies.

En même temps que je jouis avec bonheur de la vie, je fais l’expérience que je peux être aidante pour d’autres et je reçois des appels au secours de personnes qui n’ont pas encore réussi à trouver l’aide respectueuse et ajustée dont elles ont un urgent besoin. Ce site, ma pratique ainsi que d’autres activités associatives et bénévoles sont ma réponse à cet appel.

Comme vous le verrez, il y a deux piliers essentiels pour moi. Il y a la compréhension de ce que c’est que d’être différent-e, qu’on soit homosexuel, lesbienne, bisexuel, transsexuel-le, transgenre ou intersexué-e, même si je n’ai pas fait personnellement l’expérience de toutes ces conditions. Ensuite, j’ai choisi de me former à l’approche centrée sur la personne de Carl rogers, car elle est fondée sur le respect inconditionnel des personnes et ce dernier m’est essentiel dans toute ma vie.

Même si je présente mon chemin, ma pratique, mes expériences, mes conclusions, ce site n’est pas uniquement conçu comme la version web d’une carte de visite ou d’un dépliant. J’espère qu’il vous permettra de faire un bout de chemin de plus sur votre propre route, quelle que soit votre propre spécificité.

Je vous souhaite une bonne découverte


Je m’appelle Marie-Noëlle Baechler

J’ai achevé le premier cycle de formation en relation d’aide centrée sur la personne de la Société suisse pour la psychothérapie et l’approche centrée sur la personne (SPCP) et j’entreprends le deuxième. Déja aujourd’hui, j’accompagne des personnes sur leur propre parcours.

Ma vie personnelle m’a permis de faire des expériences essentielles pour mon activité de relation d’aide. Elle m’a permis d’accepter ma propre différence, ma propre manière d’être en dehors des standards traditionnels en matière de sexe et de genre. Elle m’a permis de m’y apprivoiser, puis d’accueillir pleinement mon vrai visage, jusqu’à le voir aujourd’hui comme une richesse et un don, plus comme une tare. Elle m’a aussi permis de faire l’expérience qu’il est possible de sortir de maltraitances graves et qu’on peut trouver le bonheur même après avoir vécu des choses terribles. De cela je peux aujourd’hui en témoigner auprès des autres. Elle m’a permis de faire l’expérience si précieuse de ma valeur en tant qu’être humain. Enfin, elle m’a permis de faire l’expérience que, en étant moi-même au milieu des autres, je suis aidante. En étant en relation vraie avec certaines personnes, sans que j’aie l’impression de faire grand-chose en fait, je suis aidante pour elles. Et je le sais parce qu’elles me le disent.

Ma formation à la relation d’aide

J’ai achevé le premier cycle de formation en relation d’aide centrée sur la personne de la Société suisse pour la psychothérapie et l’approche centrée sur la personne (SPCP) de deux ans. J’entreprends actuellement le second cycle de formation de deux ans et demi. Cette formation se fait justement en pratiquant et en ayant des supervisions très régulières. Elle permettent de vérifier ce qui se passe lors des entretiens et de s’ajuster en cas de besoin. C’est formation dure quatre ans, elle est exigeante et elle demande un important investissement personnel.

Ce style de formation et de pratique de la relation d’aide m’est précieux à plus d’un titre. Si vous souhaitez en savoir plus, une rubrique entière de ce site y est dédiée. Vous y trouverez une brève présentation de Carl R. Rogers [1] , de l’approche centrée sur la personne [2] , de la formation de praticien-ne en relation d’aide [3] ainsi que des raisons qui m’ont fait choisir cette voie [4] . Dans chaque article vous trouverez des références qui vous aideront, je l’espère, à pousser plus loin votre exploration.

Références : [1]

[1] Carl Rogers

[2] L’approche centrée sur la personne

[3] Praticien-ne en relation d’aide

[4] Pourquoi l’ACP ?

[5] Quelques suggestions pour trouver une personne vraiment aidante


La relation d’aide pour moi

Voici en quelques mots ce que la relation d’aide représente pour moi.

La relation d’aide pour moi, c’est un accompagnement, c’est faire route avec l’autre, dans une relation dans laquelle les deux sont en chemin, sans qu’il y en ait un qui sache pour l’autre.

C’est porter sur l’autre un regard d’acceptation inconditionnelle de la personne qu’il/elle est, c’est lui offrir un lieu où il/elle peut accueillir l’ensemble de ses sentiments, sans plus devoir trier ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas.

C’est m’efforcer de comprendre l’autre telle qu’il/elle se comprend et, par ce biais, lui offrir l’opportunité de se découvrir et de mieux se comprendre.

C’est donner à l’autre un espace où il/elle se sente validé-e dans la personne qu’il/elle est et lui permettre de faire l’expérience de sa valeur.

C’est lui permettre de faire l’expérience que c’est lui/elle qui sent qui il/elle est et ce qui est bon pour lui/elle-même.

La relation d’aide n’est pas pour moi du conseil ou des trucs touts faits. C’est de créer un espace qui permette à l’autre de se découvrir et de faire l’expérience de qui il/elle est dans toutes ses dimensions et de trouver ses propres réponses à ses questions.

La relation d’aide c’est aussi, pour moi, de constituer un espace d’accueil dans lesquel des personnes qui ont été particulièrement stigmatisées, qui se sont vues traitées comme des objets de curiosité, parfois presque comme des choses, et qui ne savent plus à qui elles peuvent faire confiance, puissent se sentir inconditionnellement accueillies et acceptées. C’est de créer un espace dans lequel elles puissent faire l’expérience de leur vrai visage comme une grande richesse et pas comme une tare.

c’est aussi créer un espace dans lequel des personnes qui ont subi de grandes carences affectives et/ou des maltraitances graves puissent faire l’expérience de leur propre valeur.