Accueil du site > Infos > International > 52% des Américains considèrent que « (...)
International
Une publicité pour Têtu censurée L’Islande adopte le mariage gay
52% des Américains considèrent que « les relations gays et lesbiennes sont moralement acceptables »
par  la rédaction, le mercredi 9 juin 2010, vu 126 fois

Tous les ans, au mois de mai, l’institut de sondage Gallup sonde les Américains sur leurs croyances et leurs valeurs. Interrogés sur leur acceptation de l’homosexualité, les Américains ont été 52% à considérer que « les relations gays et lesbiennes sont moralement acceptables ». Le chiffre ne semble pas énorme, mais il est pourtant historiquement important. C’est en effet la première fois, en ce mois de mai 2010, que ce sondage franchit la barre symbolique des 50%.

Dans un même temps, le pourcentage de ceux qui considèrent ces relations comme « moralement mauvaises » est tombé à 43%, le plus bas pourcentage de ces dix dernières années.

L’augmentation de l’acceptation des relations homosexuelles est progressive. Elle est principalement due, comme le montre le sondage, au changement de perception chez les hommes. En effet, en analysant ces chiffres par genre et par tranche d’age, depuis 2006, on constate dans un deuxième tableau que les femmes sont d’une façon générale plus ouvertes sur la question et que leurs pourcentages sont stables et constants. On constate, par contre, une forte hausse du pourcentage chez les hommes ces quatre dernières années. Leur perception positive des relations homosexuelles a augmenté de +14 points, toutes tranches d’âge confondues, et de +20 points, chez les moins de 50 ans.

Gallup examine également ces mêmes résultats selon l’appartenance politique des personnes interrogées et constate une plus grande augmentation de l’acceptation chez les « démocrates » et les « indépendants » que chez les « républicains ». Ce qui fait qu’ils sont aujourd’hui, en 2010, presque deux fois plus nombreux chez les « démocrates » et chez les « indépendants » (61% chacun) à trouver les relations homos moralement acceptables que chez les « républicains » (35%).

Ils sont plus de 2 fois plus nombreux chez les « libéraux » (78%) que chez les « conservateurs » (33%) à être ouverts sur cette question et l’on constate une augmentation de +14 points chez les « modérés ».

Organisés en fonction de l’appartenance religieuse des sondés, les résultats sont plus surprenants. Chez les catholiques américains, le pourcentage d’acceptation a augmenté de +16 points, un bond énorme, contre seulement 6 points chez les protestants. L’acceptation parmi les Américains qui ne déclarent pas d’appartenance religieuse a également augmenté considérablement, de +11 points.

Lors du même sondage de Gallup, les Américains ont été interrogés sur la légalisation du mariage pour les couples de même sexe (publié séparément). Les chiffres indiquent qu’une majorité d’Américains est encore opposée à la l’ouverture du mariage. Seuls 44% des Américains y sont favorables. Cependant les opposants ne sont plus que 53%, il s’agit du chiffre le plus bas que Gallup ait mesuré ces 15 dernières années.

L’institut de sondage a enfin interrogé les Américains sur ce qui leur semblent être les causes de l’homosexualité. Une question sur laquelle ils restent assez divisés. Pour 37% des Américains interrogés, c’est l’éducation et l’environnement qui sont à l’origine de l’homosexualité d’une personne, alors que pour 36% d’entre eux l’homosexualité est innée. 12% des personnes interrogées pensent que c’est un mélange des deux. « Des chiffres qui ont beaucoup évolué, souligne le site de l’institut de sondage, puisque dans les années 1970 et 80, l’éducation était la cause largement privilégiée ».

« Il y a un changement culturel progressif sur la façon dont les Américains perçoivent les homos et leurs droits, conclut l’institut de sondage Gallup. La tendance générale va clairement dans cette direction. Cette année, cette évolution est particulièrement visible avec le niveau record de personnes considérant les relations gays et lesbiennes comme « moralement acceptables ». Dans un même temps, le soutien des Américains à la légalisation du mariage pour les couples de même sexe (…) s’approche de son record. »

En février dernier, nous vous proposions sur Yagg un article reprenant une étude de CBS et du New York Times sur les sondages américains, sur l’usage des termes utilisés pour qualifier l’homosexualité et sur l’effet que cela peut avoir sur les réponses des interrogés. Dans cet article intitulé « Gay » vs. « homosexuel » : question de vocabulaire ou outil politique ?, nous expliquions que selon que l’on utilise le terme « gay » ou le terme « homosexuel », l’acceptation des Américains sur le sujet pouvait varier considérablement, avec jusqu’à 15% de différence de vote. Nous remarquerons qu’ici, dans ce sondage Gallup, les termes employés sont systématiquement « gay/lesbian ».

Source : Gallup via Yagg.com