Accueil du site > Infos > International > Baltic Pride de Vilnius : un succès (...)
International
Gay Pride finalement autorisée à Vilnius France : Malgré les lois, les agressions homophobes progressent en (...)
Baltic Pride de Vilnius :
un succès malgré des échauffourées
par  la rédaction, le dimanche 9 mai 2010, vu 261 fois
Tags : - GayPride - Lituanie

La police a lancé des gaz lacrymogènes en direction de plusieurs centaines d’opposants anti-gay venus protester contre la Baltic Pride 2010 organisée samedi à Vilnius qui a rassemblé 300 participants.

Les forces de l’ordre ont ainsi répondu aux attaques de près de 2.000 opposants anti-gay qui ont lancé des bouteilles, des pierres, des pétards en direction des manifestants, policiers et journalistes.

Les organisateurs de la marche étaient très inquiets car le groupe Facebook des opposants à la Baltic Pride avait réuni 25.000 personnes et 10.000 avaient promis de "montrer ce qu’est la Lituanie !".

Un groupe d’opposants avait appelé à commettre la première attaque terroriste dans le pays et déclaré que les membres des ONG allaient rentrer chez eux "dans un sac en plastique".

Dix-neuf personnes parmi les opposants anti-gay ont été interpellées, selon la police.

350 personnes ont défilé samedi sous haute surveillance des forces de l’ordre à Vilnius dans la première parade d’homosexuels jamais organisée en Lituanie.

Les participants auraient pu être au nombre de 500, mais seuls les 350 enregistrés ont été autorisés à marcher par la police.

Les militants gays lituaniens ont pu bénéficier du soutien de plusieurs officiels européens, dont notamment la ministre suédoise Birgitta Ohlsson et de députés européens come Michael Cashman et Ulrike Lunacek.

Aucun homme politique lituanien ne s’est joint à la parade.

"Nous avons franchi un pas décisif vers plus de tolérance", a déclaré à l’AFP Vytautas Valentinavicius, l’un des organisateurs de la parade.

La tenue du défilé était incertaine jusqu’à vendredi, quand finalement le tribunal suprême administratif de Lituanie a autorisé la parade d’homosexuels, cassant une interdiction décidée en première instance deux jours plus tôt.

"J’ai le sentiment d’avoir participé à un événement historique", exulte Ieva, étudiante en médecine, qui s’affiche en couple avec Monika.

Au rythme donné par quelques batteurs, les participants ont défilé dans la bonne humeur, déployant une grande bannière arc-en-ciel d’une trentaine de mètres de long sur laquelle on pouvait lire : "Nous marchons pour ceux qui ne peuvent pas".

"La Marche s’est bien passée, explique Christine Le Doaré, présidente du Centre LGBT Paris et membre du Bureau exécutif de l’ILGA-Europe, mais peut-on parler d’une marche quand 350 personnes sont parquées dans un espace vert, séparées du public et des contre-manifestants par une rivière, des barrières et des forces de sécurité en nombre et en armes ?".

A la fin de la parade, les manifestants ont été escortés en bus en dehors du centre de la capitale pour éviter des affrontements.

Source : E-llico



  • La Marche.



  • La contre manifestation.




Malgré des affrontements, la Baltic Pride a rempli sa mission

Un bon millier de manifestants homophobes sont venus perturber la première Marche LGBT organisée en Lituanie, samedi à Vilnius. La police a dû intervenir mais les participants à cette Gay Pride des Etats Baltes ont tenu bon.

La Baltic Pride a bien eu lieu. En quelques chiffres : 350 participants (pour des raisons de sécurité, il fallait s’être inscrit au préalable pour en faire partie) rassemblés dans un espace vert de Vilnius. Pour assurer la sécurité de la manifestation, une première en Lituanie, 800 policiers. Et en face d’eux, tenus à bonne distance, entre 1 000 et 2 000 manifestants homophobes venus en découdre.

  • Jets de bouteilles et de pierres

Ils n’ont d’ailleurs pas tardé à jeter des bouteilles, des pierres, des pétards. En réponse, La police a lancé des gaz lacrymogènes. Dix-neuf personnes parmi les opposants anti-gay ont été interpellées, selon la police.

En quête de reconnaissance, les LBGT lituaniens ont pu bénéficier du soutien de plusieurs officiels européens, dont notamment la ministre suédoise Birgitta Ohlsson et de députés européens come Michael Cashman et Ulrike Lunacek. Mais aucun homme politique lituanien ne s’est joint à la Pride.

  • Une lesbienne étudiante en médecine, une employée hétéro de l’Université.

« Nous avons franchi un pas décisif vers plus de tolérance », a cependant déclaré Vytautas Valentinavicius, l’un des organisateurs de la Marche. La tenue du défilé était incertaine jusqu’à vendredi, quand finalement le tribunal suprême administratif de Lituanie a autorisé cette Gay Pride, cassant une interdiction décidée en première instance deux jours plus tôt.

Qui étaient ces 350 courageux venus manifester ? Ieva, étudiante en médecine, s’affiche en couple avec Monika. « J’ai le sentiment d’avoir participé à un événement historique », exulte-t-elle. « Mes amis savent que je suis lesbienne, mes parents non. La pression du modèle traditionnel est très forte. Mais ils verront les photos et (constateront) que nous sommes des gens normaux. J’espère que ce sera plus facile pour leur apprendre » la vérité, espère Ieva.

« J’ai plusieurs amis homosexuels qui occupent des postes importants. Je suis là pour eux. Ils n’ont pas osé venir de peur d’être reconnus. Ils ont peur d’être victimes d’opinions négatives sur leur lieu de travail », explique aussi Ramune Zvirblyte, employée au bureau des relations internationales d’une université lituanienne, elle-même venue avec lunettes noires et chapeau. A la fin de la parade, les manifestants ont été escortés en bus en dehors du centre de la capitale pour éviter des affrontements.

  • Prochaine édition en Estonie

En France, le centre LGBT Paris île-de-France a salué le succès de la manifestation, rappelant l’inquiétude des organisateurs alors qu’un groupe anti-Baltic Pride réunissait 25 000 personnes sur Facebook. Le centre souligne le courage des LGBT lituaniens « particulièrement motivés et bien organisés ». La Baltic Pride, dont la première édition a été organisée l’an dernier à Riga, en Lettonie, doit se dérouler chaque année dans l’un des trois pays baltes. L’an prochain, c’est donc Tallin, en Estonie, qui accueillera l’événement.

Source : Têtu.com