Accueil du site > Infos > Suisse > Politique > Blocher au DFJP Pourfendeur ou (...)
Politique
Pour qui voter ? Enquête auprès des candidats Coming-out public d’une députée au Parlement
Blocher au DFJP
Pourfendeur ou défenseur résigné du partenariat ?
par  Steve , le dimanche 14 décembre 2003, vu 215 fois
Tags : - Elections

Le Conseil Fédéral a arrêté aujourd’hui la répartition des départements vacants : les Finances à Hans-Rudolf Merz et Justice et Police à Christoph Blocher. Conséquence immédiate plus ou moins ironique : Blocher devra défendre devant les Chambres et devant le peuple le projet de partenariat ficelé par sa prédécesseuse.

Les gays et les lesbiennes doivent-ils déplorer cette répartition ou s’en réjouir ? M. Merz s’était ouvertement prononcé pour le partenariat à plusieurs reprises, tandis que Christoph Blocher s’est prononcé contre. Doit-on donc craindre que le nouveau conseiller fédéral UDC ne freine des quatre fers, voire ne tente de faire capoter le projet ? Le scénario catastrophe (retrait du projet) est exclu, puisque le Conseil Fédéral, a fortiori l’un de ses membres, ne peut plus retirer un objet une fois qu’une des deux Chambres s’est prononcée (art. 73, al. 3 de la loi sur le Parlement). Christoph Blocher sera donc forcé de poursuivre le travail accompli par Ruth Metzler. Et il ne faut pas oublier que la majorité du Conseil Fédéral reste acquise au partenariat. En outre, comme tous les partis gouvernementaux sauf l’UDC ont soutenu le projet, les propos ou l’absence de propos du chef de département seront sans importance pour la décision au Conseil des États. Reste la campagne référendaire, où il y a fort à parier que Christoph Blocher sera très, très en retrait.

En somme, si les jeux semblent faits au niveau du Parlement, l’élection de Christoph Blocher au Département de Justice et Police signifie qu’un homophobe sera chargé de défendre le partenariat devant le peuple. Avec l’éviction de Ruth Metzler, les gays et les lesbiennes ont perdu une de leurs plus ferventes défenseuses, capable de réunir un large soutien autour de son projet. La campagne contre le référendum s’annonce plus difficile que prévu et les militants feraient bien de se mobiliser et de mobiliser au-delà...