Accueil du site > Santé > Prévention > Charte de prévention pour les entreprises
Prévention
La lymphogranulomatose vénérienne (LGV) est-elle reparue sous une (...) Campagne Love Life : Consulter un médecin quand ça brûle ou ça (...)
Charte de prévention pour les entreprises gay
par  la rédaction, le lundi 14 mars 2011, vu 131 fois

Prévention du VIH sur la scène gay. Pour devenir membre de VEGAS, l’Association d’entreprises gay suisses fondée en 2003, il est nécessaire de signer la charte de prévention et, par ce fait, de s’engager à la respecter. La mise à disposition de préservatifs gratuits et l’accès à des informations de prévention sont deux points parmi d’autres de cette charte.

Les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) font partie depuis le début de l’épidémie de VIH/sida du groupe de population affichant le taux d’infection le plus élevé. En 2003, des exploitants et des propriétaires d’établissement gays se sont réunis et ont fondé l’association VEGAS afin de lutter contre cette évolution. La charte de prévention, élaborée en collaboration avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), soutenue par Aide Suisse contre le Sida et l’organisation d’homosexuels Pink Cross, est l’élément essentiel de VEGAS. Elle prévoit notamment la mise à disposition gratuite de préservatifs et de lubrifiants. Mais elle englobe également les prescriptions légales sur l’hygiène, la sécurité, l’attitude face aux drogues ainsi que des règles de comportement au sein des établissements gay. En font partie des règles concernant les « darkrooms » ou les projections de films, interdisant la diffusion intentionnelle et répétée de ceux qui montrent des rapports sexuels non protégés (« Barebacking »). Si des films bareback sont montrés, p. ex. dans des cabines ou pour des raisons particulières, des messages attirant l’attention sur les risques doivent être visibles. Le programme comprend également du matériel informatif, l’affichage et d’autres matériels à caractère préventif.

Au total, 52 établissements et organisateurs ont signé la charte à ce jour. 18 d’entre eux ne sont pas membres de VEGAS mais sont néanmoins annoncés auprès de l’OFSP. Pratiquement tous les types de locaux et d’organisations destinés à un public majoritairement gay qui permettent des rapports sexuels « sur place » sont représentés.

Au total, 52 établissements et organisateurs ont signé la charte à ce jour. 18 d’entre eux ne sont pas membres de VEGAS mais sont néanmoins annoncés auprès de l’OFSP. Pratiquement tous les types de locaux et d’organisations destinés à un public majoritairement gay qui permettent des rapports sexuels « sur place » sont représentés.

  • Mesure de prévention et label de qualité « tout en un »

Le respect de cette charte fait l’objet de contrôles réguliers (« audits »), et un compte rendu est remis à l’OFSP. En contrepartie, les établissements membres peuvent obtenir des labels de qualité tels « VEGAS OK » (critères remplis) ou « VEGAS PLUS » (critères dépassés). La charte VEGAS est ainsi à la fois un instrument de certification et de prévention. En 2010, VEGAS a également décerné pour la première fois les Crystal- Awards. Dix établissements ont été récompensés qui, après les audits des cinq dernières années, avaient reçu un « VEGAS PLUS ».

  • Qualité en nette augmentation

La statistique effectuée sur les contrôles met en évidence une nette augmentation de la qualité du travail de prévention dans les établissements gay. De manière générale on peut constater que la fondation de VEGAS et l’instauration des audits ont favorisé l’acceptation de la prévention. Cette évolution positive doit être encouragée et le personnel des établissements gays plus fortement sensibilisé et mieux informé sur les questions de prévention. L’OFSP et VEGAS ont, à cette fin, chargé les « checkpoints » de Zurich et de Genève de mettre en place une offre de formation ad hoc. Les checkpoints sont une offre médicale propour les HSH et les travailleurs du sexe, avec pour objectif d’améliorer la santé sexuelle et générale de ces groupes.

Contact :
Luciano Ruggia,
section Prévention et promotion,
luciano.ruggia bag.admin.ch

Source : Spectra N° 85