Accueil du site > Infos > International > Des évêques africains veulent des « (...)
International
Italie : la loi contre l’homophobie retoquée au Parlement La secrétaire d’État Fadela Amara soutient un projet national (...)
Des évêques africains veulent des « barrières juridiques contre l’homosexualité »
par  la rédaction, le jeudi 15 octobre 2009, vu 227 fois
Tags : - Afrique - Homophobie - Religion

Réunis au Vatican dans le cadre d’un synode sur l’Afrique, des évêques ont proposé de légiférer contre le mariage homosexuel pour défendre la « famille traditionnelle ».

Un groupe d’évêques a proposé d’« ériger des barrières juridiques contre l’homosexualité », ce matin, lors de l’assemblée plénière d’un synode (réunion visant à conforter et à harmoniser les questions religieuses) sur l’Afrique présidé par le pape Benoît XVI. En dévoilant l’information à la presse, le rapporteur italien a précisé qu’il s’agissait sans doute de légiférer contre le mariage homosexuel.

  • Réhabiliter la famille « dans sa dignité et sa vocation »

Monseigneur Denis Komivi Amuzu-Dzakpah, archevêque de Lomé (Togo), a formulé cette proposition au nom du groupe dont il est rapporteur, qui réunit des pères synodaux (participants) de langue française. Les quelque 220 prélats présents, en majorité venus du continent africain, sont en effet répartis en 12 groupes linguistiques pour approfondir les thèmes discutés en plénière.

  • Combattre les « idéologies dangereuses »

La défense de la « famille traditionnelle » a été un leitmotiv de ce synode sur l’Afrique, ouvert le 4 octobre sur le thème « réconciliation, justice et paix ». Mardi, en faisant une synthèse des interventions, le cardinal ghanéen Peter Kodwo Appiah Turkson a assigné comme « première tâche » à l’Eglise en Afrique « la réhabilitation de la famille africaine dans sa dignité et sa vocation, car elle est menacée par des idéologies dangereuses ».

Le rapporteur du synode et responsable de l’Eglise au Ghana a particulièrement critiqué l’« idéologie du genre », selon laquelle le sexe ne serait pas uniquement déterminé par la génétique mais aussi par la société, laissant à l’individu le choix de sa sexualité.

Source : Têtu.com