Accueil du site > Infos > Suisse > Politique > Embarrassant aveu de Micheline (...)
Politique
Patient-e-s VIH-sida menacés d’exclusion du système de soins Non (...) Le Conseil national laisse les gais et les lesbiennes sans (...)
Embarrassant aveu de Micheline Calmy-Rey
Pas de protection contre la discrimination des gay
par  la rédaction, le vendredi 16 mai 2008, vu 255 fois

Le 8 mai, c’était à la Suisse de se présenter à l’examen périodique universel (EPU) qui s’effectue par l’entremise du Conseil des droits humains de l’ONU. Micheline Calmy-Rey a dû admettre qu’ en Suisse, il n’y a pas de loi qui protège les gais et les lesbiennes de la discrimination.

Auparavant, PINK CROSS et LOS avaient fait un travail de lobbying international pour que les questions décisives soient posées. La France, les Pays-bas et la Grande-Bretagne notamment ont ont posé des questions sur la situation des droits humains pour les personnes gaies, lesbiennes, bi- et transsexuelles. Ainsi, la France a voulu savoir de la Suisse comment elle procédait pour faire une loi contre la discrimination qui protège les personnes LGBT contre les discriminations. Les Pays-Bas ont recommandé à la Suisse de créer, en se basant sur l’article 8 de la Constitution, une loi fédérale, qui protège contre des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle. La Grande-Bretagne a salué l’existence de la loi sur le partenariat et a recommandé à la Suisse d’aller plus loin dans l’interdiction des discriminations qui frappent les couples gais et lesbiens. Cela signifie que l’adoption doit être ouverte aux couples de même sexe et quels couples de lesbiennes ne doivent plus être exclus de l’accès à la fécondation in vitro. La plupart des pays ont demandé à la Suisse de créer un institut des droits humains conforme aux standards des Nations Unies. Calmy-Rey a promis d’examiner avec soin toutes les recommandations. PINK CROSS et LOSattendent du Conseil fédéral qu’il prennent ces recommandations au sérieux et qu’elles soient mises en œuvre avec diligence. Dans la perspective de cet examen, PINK CROSS et LOS avaient déjà veillé à ce que les thèmes de l’orientation et de l’identité sexuelle soient mentionnés tant dans le rapport officiel de la Suisse que dans le rapport des organisations non-gouvernementales.

D’après une dépêche de Pink Cross