Accueil du site > Santé > Prévention > En 2009 également, des célébrités (...)
Prévention
Près de 30% des séropositifs de l’UE ignorent être infectés par le (...) Les infections à Chlamydiae favorisent la progression du VIH chez (...)
En 2009 également, des célébrités donnent un signal clair : c’est le sida qu’il faut exclure, pas les séropositifs.
par  la rédaction, le lundi 2 novembre 2009, vu 302 fois

La campagne de l’Aide Suisse contre le Sida démarre aujourd’hui (02 novembre) avec de nouveaux visages.

Dès aujourd’hui, ils seront les têtes d’affiche : Johan Djourou, Stephan Eicher, Lara Gut, Stress et Xenia Tchoumitcheva soutiennent en effet l’Aide Suisse contre le Sida dans son engagement en faveur des personnes séropositives. La campagne qui précède la Journée mondiale du sida du 1er décembre rappelle que les personnes séropositives en Suisse sont encore et toujours victimes de discriminations.

Sur www.solidaritaet.aids.ch, chacun peut dire « oui » à la solidarité vis-à-vis des personnes séropositives.

« Aurais-tu encore du respect pour moi si j’étais séropositif ? », demande le rappeur Stress, « M’engageriez-vous encore comme mannequin si j’étais séropositive ? », s’interroge Xenia Tchoumitcheva. Avec d’autres célébrités (le footballeur Johan Djourou, la skieuse Lara Gut et le musicien Stephan Eicher), ils posent leurs questions personnalisées en regardant leur vis-à-vis droit dans les yeux. Impossible de détourner le regard.

Ces personnalités affichent ainsi leur solidarité envers les personnes atteintes. Elles incitent le public à se demander comment il réagirait face à ses idoles du monde médiatique, culturel ou sportif si elles étaient séropositives. Chacun peut répondre sur Internet aux questions de ces célébrités : sur le site www.solidaritaet.aids.ch, les visiteurs peuvent ajouter leur nom à la liste, témoignant ainsi de leur solidarité envers les personnes séropositives.

Aujourd’hui encore, la solidarité envers les personnes séropositives garde toute son importance. Grâce aux progrès considérables de la médecine, le diagnostic « séropositif » n’est plus l’équivalent d’une condamnation à mort. Le VIH/sida est devenu une maladie chronique et néanmoins incurable qui touche toujours plus de gens en Suisse. Chaque jour, deux nouvelles personnes apprennent qu’elles sont séropositives. Toutes doivent apprendre à vivre avec le virus. Et ce n’est pas facile : outre les conséquences sur le plan de la santé, ces personnes subissent souvent des discriminations, que ce soit sur leur lieu de travail, au sein de leur famille ou dans leur cercle d’amis.

Voilà pourquoi la lutte contre l’exclusion et la discrimination des personnes séropositives est l’une des tâches prioritaires de l’Aide Suisse contre le Sida. Nos efforts visent à améliorer la situation juridique et sociale par des consultations individuelles, mais aussi par des mesures de sensibilisation et de lobbying.


Pour d’autres informations :

Bettina Maeschli

Porte-parole

Téléphone 044 447 11 21

Mobile 079 357 60 20