Stop Suicide
Au plan fédéral, le suicide des jeunes reste lettre morte Avant-projet de loi fédérale sur la prévention et la promotion de (...)
Face au suicide des jeunes, deux anciennes Présidentes de l’Assemblée fédérale se mobilisent
le mardi 17 juin 2008, vu 390 fois
Tags : - Législation - Suicide

Deux anciennes Présidentes de l’Assemblée fédérale prennent la prévention du suicide à bras-le-corps. Elles ont déposé des textes lors de la session d’été des Chambres fédérales. Thérèse MEYER-KAELIN, Conseillère nationale fribourgeoise et Présidente de l’Assemblée fédérale en 2005, a déposé une initiative parlementaire ; Liliane MAURY-PASQUIER, Conseillère des États genevoise et Présidente de l’Assemblée fédérale en 2002, a, quant à elle déposé une interpellation.

Chacun des textes demande que la prévention du suicide des jeunes soit dorénavant considérée comme une priorité de santé publique par la Confédération. Chacun des deux textes déposés fait référence, tant à l’Examen périodique universel de la Suisse, dont le rapport déposé par STOP SUICIDE, qu’au rapport de l’Assemblée délibérative du Conseil de l’Europe.

Thérèse MEYER-KAELIN exprime clairement que « la prévention du suicide des jeunes n’est pas un problème que l’on peut ignorer au plan fédéral. Améliorer les connaissances scientifiques et soutenir les initiatives locales et cantonales est en effet de compétence fédérale, de même que la coordination de ces initiatives locales et cantonales. »

Liliane MAURY-PASQUIER demande notamment au Conseil fédéral « comment [il] explique le refus actuel de l’OFSP d’intégrer la question du suicide, a fortiori du suicide des jeunes, à la future loi sur la prévention et la promotion de la santé ».

Par ailleurs, durant la session d’été, différentes interpellations et postulats ont également été déposés par d’autres élues et élus sur ce thème.

Source : Stop Suicide