Accueil du site > Organismes LGBT > Vaud > VoGay > Hétéro et maman, Josiane Chavaillaz (...)
VoGay
VoGay mise sur les femmes pour lutter efficacement contre (...) VoGayRando passera le Week End de l’Ascension à Cortona (...)
Hétéro et maman,
Josiane Chavaillaz
présidente de VoGay
par  la rédaction, le samedi 17 avril 2010, vu 189 fois

Mère engagée. Hétéro et maman, Josiane Chavaillaz est la nouvelle présidente de l’association homosexuelle VoGay.

Un coup de génie. C’est par ces mots que, sur les blogs homos, certains qualifient la nomination d’une femme hétéro et mère de famille à la tête d’une association homosexuelle. La Vaudoise Josiane Chavaillaz, elle, n’y voit qu’un geste d’amour, qu’une conséquence logique à l’état d’esprit dans lequel cette habitante d’Epalinges a grandi. Qu’une suite naturelle à la façon dont elle a elle-même élevé ses deux enfants. Qu’une envie de tout faire pour éviter qu’homosexualité rime avec exclusion et drame familial. Lorsque son fils lui a avoué où allaient ses préférences amoureuses, lorsque, comme on dit maintenant, il a fait son coming out, la maman a lancé un « chier, merde ». Ni pour juger. Ni pour blâmer. Depuis longtemps, déjà, au delà les mots, elle avait perçu les signes. Juste parce qu’elle a pensé aux casseurs de PD, aux difficultés supplémentaires d’une une vie déjà pleine d’obstacles.

Mais, fonceuse, elle a appliqué sa devise : « Avec les enfants, il faut s’attendre à tout et ne s’étonner de rien. » Et a soutenu le droit à la liberté d’aimer jusqu’à aller témoigner çà et là de son expérience lors de forums sur le sujet. Un engagement qui lui a valu la proposition de devenir présidente d’une association de personnes concernées par l’homosexualité, histoire d’offrir à la cause une autre visibilité, notamment auprès des plus jeunes. Une décision importante, mûrement réfléchie lors des tournées matinales que Josiane, livreuse de journaux, exécute quotidiennement à pied au petit matin. Un oui vite prononcé, en accord avec son fils : « Je ne l’ai pas fait pour lui, mais sans son accord je n’aurais pas accepté. »

Source : Jennifer Segui pour Fémina

Photo : Vanessa Cardoso, Edipresse