Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Homoparentalité : Couple de Lesbiennes
Société
Pink Cross : A quoi ça sert tout ça ? CSD-Stonewall-Award Les finalistes 2003
Homoparentalité :
Couple de Lesbiennes cherche homme gay pour procréation
par  Frédéric Gloor, le mardi 27 mai 2003, vu 4904 fois
Tags : - Homoparentalité

« Couple de lesbiennes de 34 et 28 ans, vivant ensemble dans la région lausannoise depuis 4 ans, cherche homme gay avec qui avoir un enfant. »

L’annonce est parue sur gayromandie il y a quelques mois. Qui sont Cathy et Nadine ? Comment envisagent-elles cette future parentalité partagée ? Comment peut-on accueillir un enfant ?

Vous avez rédigé une petite annonce il y a quelques temps afin de rechercher un homme qui pourrait être le père biologique de vos enfants. Comment en êtes-vous arrivé là ?

Le désir d’enfants a toujours été présent chez l’une d’entre nous en particulier. Nous en avons beaucoup parlé entre nous, car ce n’est pas une décision qui se prend à la légère. La venue d’un enfant engendre beaucoup de changements. Nous nous sommes posées énormément de questions, mais en fin de compte nous sommes toujours arrivées à la même conclusion : ce n’est pas parce qu’il aura des parents homosexuels qu’il sera malheureux. Il aura été désiré (plus que tout), il sera élevé dans la tolérance...

Nous avons longtemps réfléchi à la manière d’avoir cet enfant. La Suisse n’autorisant pas la pratique des IAD aux couples lesbiens et les voyages en Belgique ou en Hollande étant contraignants, nous avons décidé de passer une annonce sur le net en espérant qu’un homme (gay) ou un couple d’hommes aspiraient au même désir que nous.

N’aviez-vous pas plutôt envie de chercher parmi vos amis masculins plutôt que de partir à la rechercher d’un gay inconnu ?

Nous avons posé la question dans notre entourage, malheureusement pour nous, nous ne connaissons que très peu de gays et ces derniers ne se sont pas sentis la fibre paternelle. D’un autre côté, nous avons préféré un gay inconnu à un hétéro en pensant « au divorce », car dans une procédure de garde légale, il est certain qu’un couple de lesbiennes n’aura jamais gain de cause. C’est malheureux, mais nous sommes obligées d’y penser.

Ce père sera (devrait)-il être un simple donneur de sperme, ou imaginez-vous qu’il ait sa place dans la future famille ?

Nous voulons un père présent. C’est très important pour nous et surtout pour l’enfant. Il doit avoir une référence masculine et aussi, savoir d’où il vient. Un père est aussi important pour l’enfant qu’une mère. Il est donc hors de question pour nous de l’en priver. Nous savons aussi bien l’une que l’autre ce que c’est de manquer d’un père, surtout dans les premières années de la vie.

Laquelle de vous deux sera la mère biologique ? Comment avez-vous pu faire ce choix ? Il y a-t-il des frustrations ? Imaginez-vous que "l’autre" pourra enfanter plus tard ?

N. sera la mère biologique. Le choix a été relativement simple dans le sens où C. fait une allergie aux blouses blanches !!! Quant aux frustrations... oui il y en a, dans le sens où l’enfant ne sera pas, dans tous les sens du terme, lié à C. autrement que par le coeur. Il n’est pas évident de se situer par rapport aux parents biologiques. Bien évidemment que cet enfant sera aimé et choyé de tous, mais il y aura toujours un manque indéfinissable. C’est pour cela que C. imaginerait enfanter plus tard, malgré les blouses blanches.

Avez-vous trouvé le père ?

Non nous n’avons pas trouvé.... nous avions trouvé et après plus d’un an de préparation à ce projet et à 3 semaines de commencer la grande aventure, le futur père a renoncé pour des motifs personnels et la loi ne lui convenait pas. Ce fut un véritable enfer à vivre....

Avez-vous auditionné des pères éventuels et pourquoi n’ont-ils pas été pris ?

Nous avons rencontré une 2ème personne qui cette fois ne nous a pas "prises", dans le sens où il préférait une mère célibataire plutôt qu’un couple.

Comment s’est passé la première rencontre ?

La 1ère rencontre avec un futur père potentiel est toujours délicate puisqu’il est toujours plus difficile de converser lorsque la personne est en face que lorsqu’elle se trouve derrière un écran et il n’y a aucun moyen de se "cacher". La conversation se fait d’elle-même, les questions arrivant naturellement, du fait que le but de la rencontre est clair pour tous. Il n’est bien sûr pas évident de se dévoiler au grand jour, surtout dans les questions indiscrètes, à une personne totalement inconnue.

Actuellement nous sommes en contact avec une personne, que nous allons bientôt rencontrer et qui à l’air très décidé à avoir cet enfant.

Quel sera le moyen de procréation ? Artisanal avec accessoires ou naturel avec rapport sexuel ?

Ca c’est une question très très indiscrète !!!! De plus, il va être difficile d’y répondre puisque nous n’en avons pas encore discuté avec le futur père potentiel. Au départ et pour des motifs personnels, nous avions décidé de faire ça à la "mode" artisanale avec accessoires car il est aussi important pour nous que l’insémination soit faite par la compagne de la future mère. Par cet acte, c’est un peu comme si le futur enfant était le sien. Mais maintenant que la donne a changé et bien nous vous dirons.... la suite au prochain épisode.....

propos recueillis par Fred



Bookmark and Share

1 Message

Répondre à cet article