Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Homosexualité La position du synode (...)
Société
Mister Suisse romande Coming-out médiatique Visibilité lesbigay - Olivier Marillier : Le loup sort du bois (...)
Homosexualité
La position du synode vaudois
par  la rédaction, le mercredi 6 février 2008, vu 188 fois

Dans sa session de vendredi et samedi (25 et 26 janvier), le Synode (parlement / législatif) de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV) s’est prononcé sur trois questions relatives à l’homosexualité. La réaction de PINK CROSS a été relayée par son secrétaire romand dans le Matin Dimanche d’hier.










Lors d’un débat auquel il a consacré près de huit heures, le Synode

  • par 60 voix sur 74, a reconnu comme membres de l’EERV les fidèles homosexuel-le-s. Cette reconnaissance implique donc l’accueil des personnes homosexuelles sans aucune discrimination.
  • par 58 contre 9, a accepté que des pasteur-e-s et des diacres puissent être homosexuel-le-s,
  • par 58 contre 3, a refusé qu’une bénédiction de mariage soit célébrée pour les couples de même sexe. En revanche, le Synode a chargé le Conseil synodal (exécutif/gouvernement) de poursuivre sa réflexion et de lui présenter un projet d’acte liturgique spécifique que l’EERV pourrait offrir à ces couples.

Pour Jean-Paul Guisan, secrétaire romand de PINK CROSS, par ailleurs théologien et fondateur du groupe C+H/Chrétien-ne-s et Homosexuel-le-s, "C’est le verre à moitié plein contre le verre à moitié vide." Par exemple, le fait que le premier point n’ait pas fait l’unanimité le laisse songeur. "Je ne comprends pas qu’il puisse y avoir des gens, élus de l’Eglise réformée, qui puissent voter non sur ce point".

Quant à l’acceptation de ministres homosexuels, elle est d’autant plus réjouissante que la polémique a été vive les mois précédents. Toutefois, même certains partisans du oui ont fait des propositions vexantes et discriminatoires comme l’appel à la discrétion ou à ne pas afficher ses préférences. le secrétaire romand de PINK CROSS en conclut que "les clichés ont la vie dure". Des propositions qui ont heureusement trouvé une formulation plus heureuse avant le vote final.

Enfin, après le refus d’entrer en matière sur la bénédiction des Eglises réformées genevoise (2005) et neuchâteloise (2007), l’Eglise vaudoise pourrait jouer faire œuvre de pionnier en terre romande. Pour l’instant, le principe est accepté par toutes les Eglises alémaniques et celles qui sont sur des territoires bilingues (Fribourg, Berne-Jura-Soleure). le fondateur du groupe C+H a bon espoir, car "Les faits sont têtus : il y aura toujours des couples amoureux et croyants qui désirent une bénédiction. Pour que les femmes puissent devenir pasteures, il a fallu aussi beaucoup de temps."

Pink Cross


Pour plus d’info : http://www.protestant-vaud.ch/