Accueil du site > Santé > Santé Jeunes > J’apprends que mon enfant est homosexuel
Santé Jeunes
Parler d’homosexualité dès l’école maternelle : une nécessité Mon enfant est homosexuel, suis-je responsable ? Elisabeht (...)
J’apprends que mon enfant est homosexuel
par Elisabeth Thorens-Gaud
par  la rédaction, le samedi 27 février 2010, vu 296 fois

«  Je me souviens précisément de l’instant où notre fille nous a annoncé qu’elle était tombée raide dingue amoureuse d’une copine. Nous papotions après le repas, comme nous avions souvent l’habitude de le faire. Je lui ai demandé si elle n’avait pas rencontré de beaux mecs sur les bancs de la Faculté. Elle m’a répondu : « Il n’y a pas que les mecs ! » Je ne m’attendais vraiment pas à devoir encaisser une pareille nouvelle ce soir-là. Comment aurais-je pu deviner que ma fille était homosexuelle, alors qu’elle avait fréquenté un garçon entre l’âge de quatorze et seize ans ?  » [1]

Ce témoignage vous paraît familier ? Votre garçon vous a annoncé qu’il est gay, votre fille vous a annoncé qu’elle est lesbienne ? Vous vous sentez coupable, triste, seule/seul, inquiète/inquiet pour lui, démunie/démuni, en colère, honteuse/honteux ? Surtout, vous vous posez beaucoup de questions : qu’est-ce que l’homosexualité ? Mon enfant vivra-t-il heureux ? Comment vais-je en parler à mon entourage ?

Ces réactions sont légitimes, car rien ne prépare les parents à une telle situation. Plusieurs ont appris à associer l’homosexualité au malheur, à la honte et aucun parent ne souhaite voir son enfant souffrir. Il vous faudra du temps pour digérer la nouvelle et gérer toutes ces émotions. C’est normal. Il vous faudra cheminer vers l’acceptation.

Informez-vous, écoutez votre enfant et apprenez à voir plus loin que les idées préconçues sur l’homosexualité. Votre enfant est encore le même ! Il n’a pas changé. Il est important que vous le reconnaissiez dans sa différence, car s’il est difficile pour vous d’accepter son homosexualité, imaginez à quel point cela a pu l’être pour lui. Certains mettent des mois, voire des années avant de s’accepter eux-mêmes. Et puis, il lui a fallu une sacrée dose de courage pour vous parler.

  • Votre fille ou votre fils a besoin de votre soutien, de votre amour !
    Et vous, les parents, n’ayez pas peur de demander de l’aide pour cheminer vers l’acceptation.

Les enfants qui ne sont pas soutenus par leurs familles se sentent isolés, rejetés, exclus. Ils sont plus sujets aux conduites à risque (rapports sexuels non protégés, consommation d’alcool et/ou de substances) ainsi qu’au suicide. Les enfants qui ne sont pas soutenus par leurs familles risquent de rompre les liens avec leur famille.

  • Mais qu’est-ce que l’homosexualité ?

L’homosexualité est une orientation sexuelle au même titre que l’hétérosexualité et la bisexualité. Le terme homosexuel-le désigne une personne qui éprouve de l’attirance physique et émotionnelle pour les personnes de même sexe. Une personne bisexuelle éprouve de l’attirance émotionnelle et physique pour les personnes des deux sexes. Entre 5% et 10% de la population serait concernée. L’homosexualité n’est pas une maladie, c’est une réalité de la vie. Certaines personnes éprouvent beaucoup de difficultés, car elles ont le sentiment particulier d’appartenir au sexe opposé, malgré une morphologie sexuelle « normale ». On dit que ces personnes sont transsexuelles. La transsexualité n’est pas une orientation sexuelle, mais une identité de genre.

  • Mon enfant vivra-t-il heureux ?

Les parents se sentent souvent assaillis par des idées irrationnelles et préconçues. Ils ont peur de ce que leur enfant pourra souffrir socialement et psychiquement. Il faut savoir que dans les pays occidentaux, l’homosexualité est relativement bien acceptée. Même si les personnes homosexuelles n’ont pas encore obtenu l’accès aux pleins droits juridiques et sociaux, elles peuvent mener une vie affective, sociale, professionnelle et familiale épanouie. Certes, elles seront toujours confrontées à des réactions maladroites, voire homophobes. La plupart du temps, ces réactions sont liées à la méconnaissance. Les parents jouent donc un rôle essentiel pour lutter contre l’ignorance et vaincre les préjugés. En traitant votre enfant comme ses frères et sœurs, en acceptant de recevoir son conjoint à la maison, en parlant de votre fille ou votre fils sans cacher sa vie affective à vos amis, en étant fière/fier de votre enfant, vous contribuerez à faire progresser les mentalités !

Les jeunes acceptés par leurs familles et leur entourage développent généralement une bonne estime de soi.

  • L’homosexualité est-elle un choix ?

Contrairement aux idées reçues, demandez-le à votre enfant, les personnes homosexuelles n’ont pas choisi leur orientation sexuelle. En revanche, elles ont choisi de s’assumer comme telles. Certains individus, par peur du rejet ou peur de décevoir leurs proches, préfèrent ne pas vivre leur orientation sexuelle, même si cela implique une forme de déni. Les personnes qui ont fait leur coming out auprès de leurs proches se sentent souvent libérées : elles peuvent enfin être elles-mêmes . Comme l’affirme Gilles : « Le premier effet positif (du coming out) est celui d’avoir enfin des rapports honnêtes et sincères avec les gens qui m’entourent. Plus besoin de se cacher, d’avoir honte. Je peux vivre pleinement ma jeunesse. » [2]]]

  • Faire son coming out de parents

Votre enfant vous a dévoilé son homosexualité. C’est une grande marque de confiance. S’il se sent probablement soulagé d’un grand poids, ce sera à présent à votre tour d’affronter les vicissitudes du coming out. Dois-je le dire ? A qui ? Comment ? Que va penser ma famille ? Et les amis, les voisins ? Telles sont les questions qui vous tracasseront. Vous voilà à votre tour confronté au regard des autres, voire aux remarques et aux comportements homophobes. Le coming out est un processus sans fin. La question « vais-je le dire ? » se reposera au gré de toutes vos nouvelles rencontres. Il n’y a pas de règle dans ce domaine. Faites appel à votre bon sens. Il est rare d’essuyer des réactions négatives dans un tête-à-tête. Parfois, il arrive que des personnes prennent leur distance. Mais dans la majorité des cas, cela se passe bien.

  • Comment et où se faire aider ?

En Suisse romande, les lieux de parole pour les parents sont rares. Vous trouverez néanmoins quelques adresses répertoriées sur le site mosaic-info.ch. Surtout, évitez de vous isoler. Osez en parler avec votre entourage. Vous serez certainement surpris en bien par la réaction de vos proches. Et puis, discutez avec votre enfant. A présent qu’il ne porte plus le poids de ce « secret », vous pourrez enfin développer des relations authentiques et vous enrichir de vos diversités.


Article écrit par Elisabeth Thorens-Gaud,
Auteure de « Adolescents homosexuels, des préjugés à l’acceptation, éd. Favre 2009
Présidente de l’Association Mosaic-info

Notes

[1] Témoignage tiré de l’ouvrage d’Elisabeth Thorens-Gaud,
Adolescents homosexuels, des préjugés à l’acceptation, éd. Favre, 2009

[2] Témoignage de Gilles, tiré de l’ouvrage d’Elisabeth Thorens-Gaud,
Adolescents homosexuels, des préjugés à l’acceptation, éd. Favre, 2009