Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Jérome du Gros-de-Vaud
Société
Le Bus parcourt la Suisse Pride à Delémont Faisons connaissance !
Jérome du Gros-de-Vaud
par  Frédéric Gloor, le vendredi 7 mars 2003, vu 369 fois
Tags : - Coming-out - Bisexualité

Le 5 mars dernier, Jérôme publiait cette annonce :

« hello, pas facile à 24 ans et habitant la campagne de gérer son attirance, surtout qu’en en plus on a déjà eu des copines et qu’on envisage un jour de se marier comme la plupart.
Je recherche mec sympa de ma tranche d’âge (19-27) dans un peu le même cas que moi pour s’échanger quelques mails et pourquoi pas une rencontre mais discrète.
Alors peut être à bientôt »

Entretien avec Jérôme, qui vit quelque part dans la campagne vaudoise.


Tu parles de « gérer ton attirance » est-ce que cela veut dire qu’au fond de toi tu te forces à aller avec des filles ou que tu te sens réellement bisexuel ?

Non je ne me force pas, une fille me plaît pour beaucoup de choses, tandis qu’avec un mec ce qui me plait c’est de passer un moment câlin avec, je suis très sensible à la tendresse, il ne faut pas me parler de pénétrations avec un mec. J’aime les bisous, les caresses. Je crois que durant mon enfance j’ai manqué un peu d’affection ce qui expliquerait peut être ce besoin.

Je voulais dire par gérer qu’il n’est pas facile d’avoir une attirance tout en espérant un jour trouver la femme idéale pour fonder une famille.

Je crois que les filles et les garçons m’apportent chacun quelque chose de différent. Indispensable ? là je ne sais pas. J’espère un jour trouver une fille qui me fasse oublier cette attirance, mais pas sur que ce soit possible.

Vis-tu chez tes parents et as-tu fais un « coming out » ?

Non mes parents ne sont pas au courant et ne souhaite pas en parler.

Des personnes connaissent-ils tes attirances dans ta « campagne » ?

Pas dans ma campagne comme tu dis, il faut juste que tu saches que j’habite un village de 250 habitants et que mes parents travaillent dans les métiers du vert.

Comment l’homosexualité y est-elle perçue ? Des homos y vivent-ils ouvertement ? As-tu entendu des remarques sur le sujet ?

Oui j’ai entendu parler d’un homme qui a quitté sa femme pour un homme. Sinon je sais qu’un proche à une attirance mais a aussi une copine. Il ne sait pas que je suis au courant.

N’imagines-tu vraiment pas de vivre un jour avec un garçon dans ton village ? et pourquoi ?

Non, si je décide de vivre avec un garçon ça sera en ville mais difficile avec mon métier.

Deux hommes valent mieux qu’un homme et une femme pour travailler à la ferme non ?

Jolie question…. Tu as raison certes, mais je vais te répéter la même chose qu’avant, j’ai envie d’avoir des enfants et peut être que je trouverai une fille qui me fera bien vite oublier cette attirance que j’espère passagère. Mais bon ça on verra. Je suis conscient que maintenant les homosexuels sont de mieux en mieux acceptés par la société, ça devient courant d’en apercevoir, d’ailleurs toutes les séries télé ont un homosexuel dans leur histoire. Je sais également qu’il y en a bien plus que ce que l’on pense et que beaucoup (comme moi) se cachent. En prendre conscience est simple mais l’accepter est une autre affaire…

Tu en parles comme si il s’agissait d’une délivrance. Penses-tu vraiment que de te marier va t’empêcher d’avoir des attirances homos ?

D’une délivrance peut être oui, car il est vrai que j’aimerais être comme la plupart de la population. Tu sais il faut se poser la question : Est-ce- que je serai plus heureux avec un garçon ou marié avec des enfants ? La réponse pour l’instant est marié et avec des enfants mais peut être qu’elle changera un jour… Et tu sais je suis toujours tombé amoureux d’une fille mais jamais d’un garçon, ce qui explique l’envie d’un mariage. Je crois qu’avec les garçons j’ai simplement une attirance physique rien de plus.

Imagine que tu vas te marier. Vas-tu parler de ces attirances et de ta bisexualité à ta femme ?

Je pense que oui je le lui dirai, car si j’ai envie que la relation marche il faudra être sincère, si elle me plaque juste après c’est qu’elle n’était pas assez amoureuse de moi, à mon avis.

Imagine maintenant que tu as un fils, qu’il va reprendre la ferme. Tu apprends ou il t’annonce qu’il est gay. Comment réagis-tu ?

TRES BIEN, ça me posera aucun problème. Je lui parlerai peut être de mes expériences, mais c’est pas sûr.

Comment vois-tu la vie des gays des villes ?

Il est vrai qu’en ville c’est assez normal d’en voir et surtout il n’y a pas tous ces commérages et ces rumeurs. La plupart des mecs que j’ai rencontrés étaient de Lausanne. Je suis beaucoup plus rassuré là-bas. Et on ne me connaît pas trop là-bas non plus.

Tu sors dans le milieu gay lausannois ?

Je suis allez une fois dans un sauna car c’est quelque chose qui m’attirait. J’ai été frappé par le respect de chacun et du nombre de jeunes qui le fréquente. Ce n’est pas du tout une partie de baise non-stop, tu peux y aller pour te relaxer et si tu as envie de plus il y a des cabines fermées. Sinon ça ne m’attire pas trop, je sais que si je tombe sur quelqu’un que je connais il sera tout aussi gêné que moi, mais mon plus grand souci est qu’il le dise à quelqu’un…

Comment réagirais-tu si tu y croisais un voisin ?

Je crois que je partirai en courant avant qu’il ne me voit et si c’est trop tard, ben j’irai lui dire que je passe avec un copain qui est gay. Le lendemain, j’irai sûrement le trouver pour en discuter un peu.

Penses-tu que le fait de pouvoir bientôt (d’ici quelques années quand même) se pacser et, peut-être plus tard encore, adopter des enfants sera une reconnaissance qui permettra à plus de personne de vivre leur vie de couple homo plus facilement à la campagne aussi ?

Non je ne pense pas que ça changera grand chose, à mon avis le problème sera toujours le même. Pour mon cas si le pacs était en vigueur ça n’aurait rien changé. Mais je pense que pour les couples homosexuels ceci est une très bonne chose qui doit être vite mise en place.

Penses-tu qu’une information sur l’homosexualité comme celle que véhicule « LE BUS ») serait utile dans ton village ? pour info : l’article sur LE BUS

J’encourage beaucoup ce genre d’action mais je ne pense pas très utile de sillonner les petits villages car beaucoup de gens sont conscients qu’il y des homosexuels et ne seront pas intéressés à pêcher plus d’information qu’ils n’en n’ont déjà.

Et je ne pense pas que des jeunes comme moi oseront aller poser des questions, car le souci de la voisine qui débarque ou qui regarde par la fenêtre est grand…