Accueil du site > Infos > Culture & Loisir > Littérature > Julien, toi qui préfère les hommes
Littérature
Le Schtroumpf coquet fait son coming out Stéphane à visage découvert
Julien, toi qui préfère les hommes
par  Frédéric Gloor, le mardi 1er janvier 2002, vu 298 fois
Tags : - Littérature - Coming-out

Faire son coming out. Tout le monde en parle. "Tes parents sont au courant ?" "Ils l’ont bien pris ?" Voilà à quoi répond le livre de Caroline Greco Julien, toi qui préfère les hommes.

Caroline Gréco est une mère, elle parle de son fils Julien. Comment elle a réagit sans, ce qui se passait au fond d’elle, ce qu’elle perçoit de son fils qu’elle voit pas toujours très bien dans sa vie. Ses doutes, ses dégoûts, ses coups de cœurs pour les amis de son fils.


Il faut admettre qu’on arrive pas tous à s’assumer homosexuels du jour au lendemain. Il faut pour certains quelque temps, voir des années pour admettre qu’on est "pas comme les autres". Lorsque nous l’annonçons à nos parents, ont-ils eu le temps de se préparer à ça ? Ou bien vont-ils devoir à leur tour affronter ces temps noirs où, comme nous quelques années plus tôt nous avions de la peine à nous assumer. Nous ne pouvons pas leur demander de bien réagir, si nous n’avons pas bien réagit. Il faut souvent du temps, car pour nos parents c’est souvent une méconnaissance qui fait qu’il y a une rejet.

"J’ai découvert à quel point l’homosexualité de Julien se révélait, pour nous parents, un mode de vie tellement contre nature, totalement incompréhensible, inacceptable. Difficile d’avouer à des amis, à des connaissances : "Mon fils est homosexuel". Dans le cœur de tout parent cela fait mal et on a honte : Honte d’avoir un enfant différent. Devant un enfant handicapé on éprouve de la pitié et de la tristesse, on partage la douleur. La première réaction devant un homosexuel, c’est le dégoût et la moquerie." p.16


Caroline Gréco, Julien, toi qui préfère les hommes, ed. Criterion, Paris, 1994