Accueil du site > Santé > Prévention > « L’épidémie à VIH chez les sourds est (...)
Prévention
Comme un coup de point ! La prévention comportementale en débat
« L’épidémie à VIH chez les sourds est catastrophique. »
SidaInfoService et l’AGLSN produisent des vidéos de prévention pour les sourds
par  la rédaction, le mercredi 13 octobre 2010, vu 110 fois

Olivier Michaut, vice-pdt de l’AGLSN (Association des Gays et Lesbiennes des Sourds de Normandie), est partenaire de SIS (Sida Info Service) pour la réalisation de vidéos de prévention en LSF (langue des signes française) destinées aux personnes sourdes. Fabienne Harlet est responsable de ce projet à SIS.

SIS  : Quelle est l’importance de l’épidémie à VIH/sida chez les sourds ?

Olivier Michaut : C’est une énorme question. Pour moi, la situation chez les sourds est catastrophique car beaucoup ignorent encore la façon dont le virus se transmet. A l’origine de cette méconnaissance, fausses rumeurs et malentendus. Alors que l’association AIDES travaille depuis 15 ans sur le sujet, seule l’Ile-de-France ou presque a été sensibilisée. Qu’en est-il de la province ?!

SIS  : L’accès aux soins des sourds séropositifs est-il bon ?

Olivier Michaut : C’est également une excellente question. Malheureusement je n’ai aucune certitude quant à la réponse car ce sujet n’est pas abordé avec les personnes que je rencontre. Je le comprends, je me mets à leur place, c’est difficile de s’exprimer sur ce sujet. Cependant je suppose que l’accès aux soins est difficile puisqu’une bonne accessibilité nécessite la présence d’un interprète. Même si ce dernier est soumis à un code déontologique strict, il n’en est pas moins humain et prend connaissance de l’état de santé de la personne, ce qui peut poser problème. Si la personne va seule à l’hôpital, les difficultés de communication aboutissent à une impasse.

SIS  : Cette difficulté, cette absence de communication, complique donc aussi l’accès à la prévention...

Olivier Michaut : Il est vrai que les problèmes de communication compliquent l’accès à la prévention mais cette difficulté existe aussi pour les entendants. Ce qui distingue les sourds, c’est que la barrière de la langue se retrouve aussi à l’écrit. Les textes sont d’un niveau de français trop relevé et limitent leur compréhension. L’idéal serait de faire de la prévention avec un interprète ou un intervenant maitrisant la LSF. Des affiches avec des dessins clairs seraient appréciées.

SIS  : L’AGLSN s’est engagée dans un partenariat avec SIS pour produire des vidéos de prévention destinées aux personnes sourdes. Comment ce partenariat est-il né ?

Olivier Michaut : Je tiens à remercier Fabienne Harlet rencontrée dans le cadre de la formation LSF que je lui ai donnée. Elle m’a demandé de lui parler de l’histoire des sourds et quand j’ai évoqué la forte mortalité par le VIH dans notre communauté pour cause de non-information, elle a été très touchée. Comme elle travaille à Sida Info Service, elle m’a proposé un partenariat. Elle a compris que la base d’une relation, c’est d’abord d’écouter les besoins de l’autre, et elle s’est pleinement adaptée à nos singularités. La proposition d’un support vidéo s’imposait dans le sens que ce qui est visuel est assimilable pour les sourds.

SIS : Comment travaillez-vous avec SIS pour produire ces vidéos ?

Olivier Michaut : Nous définissons le thème que nous voulons aborder. Ensuite nous sélectionnons des textes à la fois simples et explicites avec des définitions claires. Puis nous travaillons à une terminologie qui soit exacte : par exemple ne pas confondre sida et VIH. Quand ce travail est terminé, vient le temps pour moi de m’approprier le texte et de le traduire en LSF. Il est ensuite filmé une première fois, puis encore amélioré. Il est capital que le message soit clair et que son rythme soit lisible pour tous les sourds de France quel que soit leur niveau.


SIS  : Pourquoi est-il si important pour SIS de travailler avec des sourds ?

Fabienne Harlet  : Dans ses missions de prévention, SIS doit mettre en place des moyens d’accès à l’information pour des publics qui sont dans l’impossibilité de nous joindre par nos services habituels comme le téléphone ou les questions par mail. En apprenant la LSF, j’ai pu communiquer et travailler avec des personnes sourdes militantes. Cela m’a permis de comprendre leurs besoins d’information et de créer ensemble des moyens de prévention adaptés pour y répondre, à savoir ces vidéos LSF que nous allons mettre en ligne sur sida-info-service.org.

SIS  : Une première vidéo aborde la question du dépistage. Quels seront les prochains thèmes ?

Fabienne Harlet  : Deux vidéos sur les transmissions du VIH et sur les rapports sexuels à risques sont en cours de réalisation. Les prochaines vidéos aborderont le traitement d’urgence (quand le prendre et où ?), comment éviter ou réduire les risques de transmission du VIH, des hépatites (transmission mais aussi dépistage, vaccination, traitements) et des IST.

Propos recueillis par Alain Miguet pour Sida Info Service

Source : Alain Miguet pour Sida Info Service




Pourquoi faire un Dépistage du VIH ? - Sida Info Service



Quand faire Dépistage du VIH ? - Sida Info Service