Accueil du site > Infos > Suisse > Droit > - LPart - Partenariés : les (...)
Droit
Les Gays, le Travail et la Loi Loi sur le travail Pacs Genevois - Après 5 ans, malgré la perspective du partenariat (...)
- LPart -
Partenariés :
les premiers chiffres
par  Frédéric Gloor, le samedi 22 juillet 2006, vu 346 fois
Tags : - Suisse - Lpart

Le journal 24 heures du 18 juillet dernier nous livre les premiers chiffres concernant le partenariat pour couples de même sexe. Ils sont plus de 300 couples à s’être «  liés par un partenariat enregistré » en Suisse romande depuis l’entrée en vigueur de la loi le 1er janvier dernier. La moitié d’entre eux se trouvent dans le canton de Vaud. Des chiffres jugés décevants par les responsables des états civils.

152 partenariats ont été enregistrés dans le seul canton de Vaud sur les six premiers mois d’existrnce de la loi sur le partenariat suisse. Du côté du Valais, canton qui avait refusé la loi lors de la votation populaire, ils ne sont que 15 couples (8 couples d’hommes et 7 de femmes). Jean-Charles Oggier, chef de la section état civil et naturalisation du Valais, explique dans les colonnes de 24 heures : « Je suis un peu surpris du peu d’enregistrement que nous avons (...) on peut d’ailleurs se demander si cela valait la peine de créer une loi pour ça ! »

Il est certain que le passage devant l’état civil reste une étape difficile pour un couple, surtout dans un environnement homophobe peu dissimulé. A noter que Genève et Neuchâtel avaient déjà une loi cantonale sur le partenariat et que plusieurs couples n’ont pas jugé important de se partenarier à nouveau.

Du côté de Lausanne, on s’étonne que les partenaires ne demandent pas la salle officielle pour signer le contrat, ni même une salle des fêtes comme il serait possible de l’organiser. Le partenariat est pour la grande majorité des couples, un moment sobre, discret, à l’image du couple qu’ils ont transporté jusque-là dans une société qui commence à peine à découvrir la réalité des gays et des lesbiennes.

Dans le canton de Vaud, la majorité des partenariats implique un étranger, remarque François Ferrario toujours dans l’article du journal 24 heures. Ceci n’est toutefois pas étonnant dans la mesure où ce phénomène est identique dans le cadre des mariages. Les couples suisses se partenarieraient-ils par nécessité ? Il apparaît bien que oui. C’est d’ailleurs certaines situations telles que les couples binationaux et les cas de successions qui rendaient urgente depuis plusieurs années l’entrée en vigueur de la loi.

Alors que le responsable valaisan se demande s’il était vraiment utile de faire une loi pour si peu de monde, on pourrait aussi se demander s’il était utile de l’avoir contestée de manière si virulente alors qu’elle n’allait pas provoquer de raz-de-marée dans le paysage des unions des couples suisses.

Citons pour finir La Genèse et le fameux passage de Sodome et Gomorrhe au Chapitre 18, 29 : « Yahvé répondit (au sujet de la destruction de la ville de Sodome) : “Rien que pour ces dix, je ne détruirais pas.



Selon 24 heures

VAUD : 152 couples (106 d’hommes et 46 de femmes)
GENEVE : 87 couples (60 d’hommes et 27 de femmes)
JURA : 11 couples (7 d’hommes et 4 de femmes)
VALAIS : 15 couples (8 d’hommes et 7 de femmes)
NEUCHÂTEL : statistique cantonale pas connue
Ville de Neuchâtel 5 couples (3 d’hommes et 2 de femmes) - Ville du Locle 2 couples (1 d’hommes et 1 de femmes)
FRIBOURG : pas de statistiques cantonale mais une cinquantaine estimée par le responsable du service.