Accueil du site > Infos > International > La Grande-Bretagne autorise les (...)
International
Bertrand Delanoë poignardé 1er décembre contre le SIDA Le virus n’est pas vaincu.
La Grande-Bretagne autorise les couples homosexuels à adopter des enfants
le jeudi 7 novembre 2002, vu 287 fois
Tags : - Grande Bretagne - Homoparentalité

Les couples non mariés, y compris homosexuels, vont pouvoir désormais adopter légalement un ou plusieurs enfants en Grande-Bretagne. A l’issue d’une longue bataille parlementaire, la chambre des Lords a voté en ce sens, à la surprise générale, mardi 5 novembre, par une majorité de 31 voix (215 contre 184).

La Grande-Bretagne est le cinquième pays d’Europe à autoriser l’adoption par des couples homosexuels, après les Pays-Bas, le Danemark, l’Islande et la Suède. Il y a deux mois, l’Afrique du Sud est devenu le premier pays du continent noir à prendre une décision semblable. Jusqu’ici, en Grande-Bretagne, seuls les couples mariés et les célibataires – depuis 1926 – pouvaient adopter un enfant. Actuellement, 95 % des adoptions d’enfants de l’Assistance publique sont le fait de couples mariés.

En fait, le nouveau texte ne fera le plus souvent qu’entériner des situations existantes. Car nombre de célibataires homosexuels, qui ont adopté des enfants, vivent en couple, mais leur partenaire n’était pas considéré jusqu’à présent par la loi, au même titre qu’eux, comme un parent adoptif. Ce qui entraînait des situations absurdes et pénibles, devenues archaïques, dans un pays où 30 % des jeunes couples hétérosexuels sont concubins et où il n’existe aucun statut comparable au pacs.

UN SUCCÈS POUR TONY BLAIR

"Grâce à ce vote, a déclaré le ministre britannique de la santé, Alan Milburn, beaucoup d’enfants de l’Assistance publique pourront espérer avoir une vie meilleure au sein d’une famille stable et chaleureuse."Il s’agit, dans l’esprit du gouvernement – et d’abord de Tony Blair, qui s’est engagé à fond en faveur du projet de loi – de tout faire pour régulariser et stabiliser la situation juridique et affective des dizaines de milliers d’enfants britanniques privés de leurs parents et en quête d’une famille adoptive.

Mardi, également, la cour d’appel prenait une décision supplémentaire en leur faveur. Les magistrats ont en effet jugé que les couples homosexuels auraient dorénavant les mêmes droits que les autres en matière de logement, permettant, par exemple, à un homosexuel "veuf" de conserver les avantages immobiliers dont bénéficiait son partenaire défunt.

source "Le Monde"