Accueil du site > Infos > Suisse > Société > La haine des homos, mobile probable
Société
« L’homophobie est encore banale » Des homosexuels cherchent la « guérison » auprès de Jésus
La haine des homos,
mobile probable d’un crime au Tessin
par  la rédaction, le mardi 18 mai 2010, vu 301 fois

Le meurtre, survenu l’été dernier, d’un homme de 81 ans sur une aire d’autoroute de Suisse italienne est élucidé. Un jeune de 25 ans a avoué les faits. Il s’était fait déjà illustré par son hostilité virulente à l’encontre de la cause gay.

« Une tragédie annoncée », c’est ainsi que Ticino Online revient sur le meurtre d’un octogénaire sur l’aire d’autoroute du Monte Ceneri. Quelque neuf mois après les faits, l’auteur du meurtre vient d’être arrêté par la police tessinoise. L’homme qui a avoué le meurtre est un jeune Tessinois de 25 ans. Il travaillait comme vigile pour plusieurs boîtes de nuits et bordels de la région de Bellinzone. La presse tessinoise le décrit comme un « militariste convaincu » qui avait, dernièrement, échoué à rentrer dans la police et dans le corps des gardes frontière. Sa victime, un homme de 81 ans avait été roué de coups et poignardé le 22 août 2009 sur une aire d’autoroute entre Bellinzone et Lugano. Il avait été abandonné agonisant sur ce site de drague fréquenté par les homosexuels et les échangistes. Il avait succombé à ses blessures.

Le caractère homophobe du crime ne fait guère de doute, selon la presse tessinoise. Cinq ans avant les faits, le meurtrier avait adressé un courrier aux quotidiens de la région. Il y expliquait en termes virulents les raisons de sa démission d’un forum de la jeunesse. Alors âgé de 19 ans, il y dénonçait les activités de l’organisation en faveur de l’intégration des gays et lesbiennes. « En tant qu’homosexuel, on ne devrait avoir aucun droit, ni aucun appui. Qui est gay a choisi de l’être », avait-il écrit. Dans la lettre il fustigeait également « l’indifférence, l’effondrement des valeurs et la permissivité que l’on appelle aujourd’hui la tolérance. »

L’enquête doit encore déterminer si le meurtrier et sa victime se connaissaient. Ils habitaient en effet la même commune.

Source : 360°