Accueil du site > Santé > Santé LGBT > La thérapie « réparatrice »
Santé LGBT
Le "droit d’aimer" des jeunes homosexuels, Au Coeur de (...) Une étude sur les homos handicapés, « minorité dans la minorité (...)
La thérapie « réparatrice »
par  la rédaction, le jeudi 20 mai 2010, vu 189 fois

En août 2009, l’American Psychological Association – APA (Association américaine de psychologues), a adopté une résolution affirmant que les professionnels dans le domaine de la santé mentale devraient éviter de dire à leurs clients qu’ils peuvent changer leur orientation sexuelle par des thérapies « réparatrices » et autres traitements.

L’APA est la plus grande association scientifique et faîtière de psychologie au monde représentant 150’000 chercheurs, cliniciens, psychologues, éducateurs, thérapeutes et étudiants.

Un groupe de chercheurs a été chargé par l’APA d’analyser des études réalisées entre 1960 et 2007 sur les différentes approches psychothérapeutiques et notamment les thérapies dites « réparatrices » qui affirment pouvoir modifier l’orientation sexuelle. Après avoir analysé les résultats de 87 études, l’équipe de chercheurs présidée par Dr Judith Glassgold constate :

  1. « de sérieux problèmes méthodologiques » dans la vaste majorité de ces études.
  2. « En dépit de ceux qui affirment qu’on peut changer l’orientation sexuelle, il n’y a pas suffisamment de preuves pour prôner l’usage d’interventions psychologiques pour changer la sexualité. »
  3. « Les psychologues ne peuvent prédire l’impact de ces traitements et doivent être très prudents, étant donné que les recherches montrent des effets négatifs possibles. »
  4. « Au mieux, certaines études suggèrent que certains individus ont appris (au cours de ces thérapies) comment ignorer leur attirance homosexuelle et comment ne pas la suivre. Mais, ces études ne nous disent pas pour qui cela était possible, combien de temps cela a duré et quels ont été les effets sur le bien-être mental à long terme. »
  5. L’APA « recommande que les professionnels évitent de présenter de façon erronée l’efficacité des efforts de changement de la sexualité quand ils soignent des personnes en détresse quant à leur orientation sexuelle. »

Source : American Psychological Association (20 mai 2010)