Accueil du site > Infos > Suisse > Politique > Lancement d’une coalition internationale
Politique
Le Conseil Fédéral rejette deux motions sur l’adoption (...) Un UDC bisexuel et « original » au Conseil National
Lancement d’une coalition internationale des villes contre l’homophobie et la transphobie
par  la rédaction, le lundi 29 novembre 2010, vu 182 fois

Le mercredi 24 novembre dernier, le parlement de la Ville de Genève, a accepté à l’unanimité une motion se prononçant pour le lancement d’une coalition internationale des villes contre l’homophobie et la transphobie. L’exécutif genevois est donc chargé de contacter diverses instances - dont l’ILGA, fédération mondiale des associations lgbtiq - afin de mettre sur pied cette structure.

La motion, rédigée par Yves de Matteis, Conseiller municipal vert et co-président de Pink Cross, invoquait dans ses considérants le fait que plus de 76 pays punissent l’homosexualité de peines de prison pouvant aller jusqu’à plusieurs années d’incarcération, et que sept pays punissent l’homosexualité de la peine de mort. Ces arguments ont porté, puisque tous les partis politiques siégeant au Conseil municipal genevois, de la droite la plus conservatrice à l’extrême-gauche, ont voté la motion.

La nouvelle coalition pourrait être réalisée suivant le modèle de la "Coalition internationale des villes contre le racisme » qui a été fondée en 2004 sous les auspices de l’UNESECO. A ces fins, la Ville de Genève est appelée à consulter divers organismes spécialisés, dont le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, l’ONUSIDA, et l’Association Internationale des Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Trans et Intersex (ILGA).

La motion avait d’ailleurs été votée en urgence par le Conseil municipal genevois afin d’être présentée dans le cadre de la conférence mondiale biennale de cette association, qui aura lieu du 4 au 9 décembre prochains dans la Ville de Sao Paulo, au Brésil. Avec la présence à cet événement de plusieurs politiques et représentants d’associations du monde entier, il est probable que des villes soutenant déjà l’ILGA, comme celles d’Amsterdam et de Bruxelles, seront parmi les premières villes à s’inscrire sur la liste des Villes intéressées à faire partie de la coalition. On peut également s’attendre à ce que la Ville de Sao Paulo, dans laquelle la Conférence a lieu, devienne l’un des premiers membres de la coalition.

Il est probable que les délégations lgbt participant à la conférence auront des propositions à faire pour que cette nouvelle coalition ne soit pas complètement coupée des personnes concernées, à savoir les personnes lgbtiq elles-mêmes, qu’elles soient ou non regroupées au sein d’associations. On en saura plus dans deux semaines, au retour de ces mêmes délégations.

Source : Pink Cross