Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Les Gay vu par l’UDC : « caché, pute (...)
Société
Ils sont gays de père en fils Les Suisses très croyants acceptent moins bien l’homosexualité
Les Gay vu par l’UDC :
« caché, pute ou abuseur. »
par  la rédaction, le mercredi 23 mars 2011, vu 616 fois

Le journal de la section lucernoise du parti ose une classification osée des différents types de gays.

« Le début de la fin ». C’est le titre alarmiste donné à un billet de Emil Grabherr, président de la section campagnarde de l’UDC lucernoise.

  • Des dangers pour la classe biberon

Dans un article publié dans un journal interne à son parti (cf. ci-dessous), le politicien se livre à une analyse des dangers planant sur la tête des bambins. Ceux-ci, craint l’auteur, seront bientôt amenés à apprendre qu’homosexualité, hétérosexualité et pédophilie se valent, au nom de la tolérance. Il classe aussi les gays entre gens en couple, donc propres en ordre, « putes mâles » ou abuseurs de gosses.

PNG - 130.4 ko
  • « Faux et diffamatoire »

« L’assimilation homosexualité et pédophile est fausse et diffamatoire », tonne Yves de Matteis, co-président de l’organisation homo Pink Cross. « Il aurait suffi à l’auteur de consulter les statistiques de l’OMS pour découvrir que la majorité des actes pédophiles sont commis par des pères ou des oncles, hétérosexuels et au sein-même de familles traditionnelles. »

  • Un sentiment d’impunité

Il déplore qu’aucune loi ne permette de poursuivre les auteurs de tels propos en Suisse. Une absence qui a conduit le Tribunal Fédéral à innocenter le jeune UDC valaisan Grégory Logean, en 2010. 40 plaignants lui reprochaient de les avoir blessé en qualifiant l’homosexualité de comportement déviant dans un communiqué. « Cela a donné un sentiment d’impunité à d’autres UDC », déplore l’avocat Phillippe Currat.

  • Grégory Logean assume

Grégory Logean, lui, assume avoir ouvert une brèche ». Sans avis sur la forme du texte d’Emil Grabherr, il dit en partager les préoccupations.

Source : 20 minutes


Pour l’UDC, il y a les « bons gays », les « putes mâles » et les « abuseurs d’enfants ».

Un dérapage de plus au sein du parti agraire, dont la section lucernoise a publié une curieuse catégorisation des homosexuels.

Dans « Kurier », la feuille des jeunesses du parti lucernois, Emil Grabherr, président de la circonscription Lucerne-Campagne de la formation se lâche. Signant un article consacré à l’éducation sexuelle dans les écoles, cet enseignant de 63 ans s’attaque au thèmes de l’homosexualité, qu’il ne veut sous aucun prétexte voir abordé dans les classes, rapporte la « Neue Luzerner Zeitung ». « Nous n’avons rien contre les gays et les lesbiennes, tant qu’il sont dans une relations, et n’ennuient pas le reste du monde avec leur orientation sexuelle », écrit Grabherr. Mais il ne s’arrête pas là : « Parmi les gays, il y a trois catégories », explique-t-il : « ceux qui vivent de manière ordonnée dans un partenariat enregistré, les putes mâles (« männliche Huren ») et ceux que l’on ne peut accepter d’aucune manière, les abuseurs de gamins. »

  • « Rhétorique fasciste »

Cette équation entre homosexuels et pédophiles a fait bondir les Jeunes socialistes qui l’ont rapproché d’une « rhétorique fasciste ». Ils ont sommé l’UDC de se distancer de ces déclarations et Grabherr de présenter des excuses. Un appel auquel s’est joint l’organisation LGBT locale HALU. Pour Stefan Gassmann, membre du comité, la publication de tels propos dans un organe de parti est « catastrophique ».

Du côté de l’UDC, le tout nouveau Conseiller national Thomas Fuchs, lui-même homosexuel, se dit pour la liberté de parole. Il concède toutefois qu’il s’agit d’un « autogoal » pour son parti, et regrette que « Kurier » n’est pas spécifié que le coup de gueule de Grabherr n’engageait que son auteur. En attendant, ce dernier n’a aucunement l’intention de revenir sur ses propos. Il est d’ailleurs soutenu par le chef de la section cantonale de son parti. Pour Josef Kunz, c’est « un fait que certains homosexuels doivent être décrits comme des abuseurs d’enfants. »

Source : 360°