Accueil du site > Santé > Prévention > Les biotechnologies contre le VIH, (...)
Prévention
Des cellules souches rendent les souris résistantes au (...) VIH : un pas de plus vers le vaccin
Les biotechnologies contre le VIH, une nouvelle piste.
par  la rédaction, le mardi 6 juillet 2010, vu 98 fois

La science des êtres vivants et les biotechnologies se rejoignent parfois pour le meilleur. Des chercheurs américains ont fait une découverte fondée sur des manipulations génétiques.

CCR5, ce n’est pas un code secret. Le nom évoque peut-être quelque chose à ceux qui s’intéressent aux molécules anti-vih. Les CCR5 sont des récepteurs présents sur chaque cellule. Le VIH peut les utiliser comme porte d’entrée. Les anti-CCR5 sont des médicaments qui visent ainsi à empêcher le virus de pénétrer la cellule.

Le 2 juillet dernier, l’équipe de Paula Cannon, de l’université de Californie du Sud a trouvé une nouvelle piste de recherche sans médicament : le virus du sida s’attaquant aux cellules du système immunitaire humain en s’accrochant à certaines protéines précises, comme la molécule CCR5, certaines personnes porteuses d’une mutation qui empêche l’apparition de cette molécule, sont résistantes aux principales souches du VIH.

  • Quel est l’objectif de leur travail ?

En théorie, en éliminant le gène correspondant à la protéine CCR5 d’une cellule, on devrait pouvoir la protéger contre le virus et à terme protéger des personnes contre le VIH, ou du moins limiter fortement ses effets chez des personnes infectées.

  • Comment ont fait les chercheurs ?

Ils ont d’abord éliminé ce gène de cellules souches hématopoïétiques, à l’origine des globules blancs, mais aussi des globules rouges et des plaquettes. En se divisant, ces cellules ont donc produit entre autres des cellules immunitaires dénuées de protéine CCR5. Ils ont introduit ces cellules modifiées dans l’organisme de souris, remplaçant ainsi leur système immunitaire par des cellules humaines, avant de leur transmettre le VIH.

  • Pour quels résultats ?

Au bout de 12 semaines, les systèmes immunitaires des souris avaient retrouvé leur force initiale, alors que chez les souris témoins qui avaient reçu des cellules souches non modifiées, les taux de cellules du système immunitaire avaient fortement chuté.

  • Quelle est la prochaine étape ?

Il faudra essayer de transposer cette technique chez l’homme. Rappelons que cette publication scientifique a eu lieu 16 jours avant la conférence internationale AIDS, qui aura lieu à Vienne du 18 juillet au 23 juillet. Si l’usage veut que les chercheurs réservent les résultats de leurs travaux à leur pairs, la concurrence des équipes de recherche fait rage.

Source : Têtu.