Accueil du site > Santé > Santé LGBT > Les homos suisses prennent leur (...)
Santé LGBT
Femme homo bien dans sa peau Session 2010 Femme homo bien dans sa peau Session 2011
Les homos suisses prennent leur pied
par  la rédaction, le samedi 4 décembre 2010, vu 371 fois

Selon le projet EMIS, un questionnaire diffusé l’été dernier dans toute l’Europe, les gays helvètes sont, avec les Néerlandais, ceux auxquels la sexualité procure le plus de satisfaction.

180 000 : c’est le nombre de réponses reçues en trois mois par les animateurs du projet EMIS (pour « European MSM Internet Survey »). Lancée en juin dernier, cette enquête a été réalisée simultanément auprès des gays et des autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes – les « MSM » dans le jargon de la santé publique – de 38 pays du continent.

Les Suisses ont été, proportionnellement à la population du pays, parmi les plus enthousiastes à livrer leurs réponses (6,75% de la population gay estimée). Peut-être parce qu’ils se disent, à 69,1%, « sexuellement satisfaits ». Un record européen, ou presque : les Helvètes sont battus de 0,1% par les Néerlandais. Tout au fond du classement, les Bulgares ne sont que 2 sur 5 à se dire heureux côté sexe. C’est parmi les répondants de ce pays que l’on trouve d’ailleurs le moins d’hommes se définissant ouvertement comme « gay ». Une corrélation que l’on retrouve également dans d’autres pays de l’est et du sud-est européen.

Au chapitre sida, 39,4% des Suisses affirmaient avoir subi un test VIH au cours des 12 derniers mois, un taux conforme à la moyenne, bien qu’un peu en retrait de pays comme la Belgique, la France, le Portugal ou... la Russie, largement au-dessus des 40%.

  • Avant-goût des résultats finaux

Les chercheurs précisent que ces indicateurs ne sont qu’un avant-goût (et une forme de remerciement aux participants) des résultats du projet EMIS. Le questionnaire intégrait en effet de nombreuses questions telles que le nombre de partenaires, l’utilisation du préservatif, le mode de vie ou les connaissances en matière de risques, qui restent à analyser. Les résultats définitifs seront publiées en septembre 2011.

Les travaux, soutenus par l’UE et plusieurs acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux, vise à identifier des besoins en prévention du VIH et d’autres maladies sexuellement transmissibles et les obstacles pouvant exister pour déployer des actions.

Source : 360°



Bookmark and Share

Répondre à cet article