Accueil du site > Infos > Suisse > Droit > Les homos veulent le droit d’adopter
Droit
Droit de l’adoption : mêmes chances pour toutes les familles Adoption limitée pour les couples homosexuels
Les homos veulent le droit d’adopter
par  la rédaction, le samedi 26 novembre 2011, vu 193 fois

Les couples de même sexe demandent l’égalité de traitement pour leurs enfants.

« On ne va pas tout à coup légaliser la cocaïne parce qu’il y a 500 000 consommateurs. » En répondant ainsi aux couples homosexuels qui revendiquent la levée de l’interdiction d’adopter, Christophe Darbellay a de toute évidence commis un écart de langage, qu’il a aussitôt expliqué en disant que « ce n’est pas parce qu’une chose existe qu’il faut automatiquement la légaliser ».

Et la chose existe en effet. Pour l’instant, il y aurait entre 6000 et 30 000 enfants qui vivent en Suisse avec des parents de même sexe, selon les chiffres de l’association Familles Arc-en-ciel. Pourquoi une telle fourchette ? « Ce sont des estimations par recoupement, il n’existe pas de statistiques officielles », précise Chatty Ecoffey, coprésidente de l’association à Genève. Cette femme de 41 ans, qui vit avec sa compagne et deux enfants, est le fer de lance de la cause visant à réviser la loi sur le partenariat votée par les Suisses en 2005.

« Une aberration »

Pour Chatty Ecoffey, les arguments sont simples : « Les enfants qui vivent avec des parents de même sexe n’ont pas les mêmes droits que les autres, pour les successions, notamment. Par ailleurs, un ou une célibataire homosexuel(le) peut adopter un enfant et pas un couple pacsé. C’est une aberration. » Les membres de la Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats partagent ce point de vue : ils ont décidé, le 15 novembre, de faire avancer au Parlement la pétition « Même chance pour toutes les familles », déposée en 2010 munie de 20 000 signatures. Et ce, malgré le fait que le Conseil national avait refusé d’aller plus loin avec cette pétition le 30 septembre ! A l’époque, Yves Nidegger (UDC/GE), vice-président de la Commission des affaires juridiques du Conseil national, avait d’ailleurs déclaré : « Les psychiatres sont quasi unanimes sur la question, il en va de l’identité de l’enfant de se situer dans une lignée qu’il comprend (...). C’est un élément fondateur de l’identité sexuelle reconnu comme très important par la littérature scientifique (...) La règle, c’est de vouloir le bien de l’enfant et non pas le bien des homosexuels ! »

Un argument réfuté par Chatty Ecoffey : « Certains psychiatres prônent le contraire pour le bien de l’enfant et d’autres pays ont fait des choix dans ce sens. La réalité est que ces enfants sont là et, enfin, que l’on ne peut pas interdire aux homosexuels d’avoir des enfants. » Une façon de dire que la détermination des Familles Arc-en-ciel n’est pas près de s’émousser.

Source : Le Matin

La question du jour