Accueil du site > Santé > Prévention > Les stratégies de lutte contre le (...)
Prévention
Des conseils en santé sexuelle pour les femmes qui ont des (...) HSH : des constats partagés, des réponses discordantes
Les stratégies de lutte contre le sida chez les homosexuels à revoir
par  la rédaction, le dimanche 22 juillet 2012, vu 153 fois

PARIS - Les stratégies de lutte contre le VIH chez les homosexuels sont à revoir alors que le sida est considéré comme une épidémie réémergente pour eux dans de nombreux pays, selon un article d’experts américains publié vendredi dans la revue médicale The Lancet.

Dans cette contribution publiée à l’occasion de la Conférence internationale sur le sida, qui démarre dimanche à Washington, des spécialistes soulignent que malgré les progrès pour lutter contre le VIH, l’épidémie grandit toujours chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ou HSH.

Le VIH reste incontrôlé chez les HSH en 2012, estiment dans cet article le professeur Chris Beyrer et ses collègues de l’Ecole Johns Hopkins Bloomberg de santé publique de Baltimore (Etats-Unis).

Cette réalité demande des efforts redoublés, de nouvelles approches fondées sur la biologie et l’épidémiologie, et des efforts coordonnés pour réduire les risques structurels de propagation du VIH chez ces hommes, indiquent-ils.

Des décennies de recherche et les efforts de la communauté (gay, ndlr), de la médecine et des autorités de santé publique n’ont pas réussi à freiner la progression des infections par VIH chez les homosexuels, soulignent ces chercheurs.

Aux États-Unis, en Espagne, au Chili, en Thaïlande, Malaisie et Afrique du Sud, ainsi que dans plusieurs pays d’Afrique et des Caraïbes, la prévalence du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) chez les HSH est estimé à 15% ou plus.

Les relations sexuelles anales non protégées comportent un risque beaucoup plus élevé d’infection par VIH que des rapports vaginaux non protégés, souligne ces chercheurs américains.

Si les risques de transmission par des rapports anaux non protégés étaient similaires à ceux des relations vaginales non protégées, l’incidence du VIH chez les HSH serait réduit de 80 à 98% en l’espace de cinq ans, selon les chercheurs.

Parallèlement, les tentatives pour modifier les comportements des HSH se heurtent à la réalité sociale de certaines communautés ou réseaux, caractérisés par l’errance sexuelle ou le refus délibéré du préservatif.

Les partenaires occasionnels sont (...) un moteur important de l’épidémie chez les HSH, souligne l’article de Chris Beyrer.

Si les rapports anaux non protégés avec des partenaires occasionnels étaient remplacés par des rapports avec des partenaires stables à long terme, la prévalence du VIH serait réduite de 29 à 51%, selon l’article.

Faire reculer l’épidémie chez les HSH passe par une diversification des stratégies allant au-delà du simple encouragement à utiliser des préservatifs : utilisation de médicaments antirétroviraux à titre curatif pour réduire l’infectiosité des séropositifs et à titre préventif pour réduire le risque chez ceux qui ne sont pas infectés.

L’usage de microbicide rectal, pour tuer ou combattre le virus provenant du sperme infecté, constitue une autre piste possible, selon l’article.

L’agence américaine des médicaments (FDA) vient d’autoriser aux Etats-Unis un premier traitement préventif anti-sida, l’antirétroviral Truvada, déjà utilisé mais jusqu’à présent à titre curatif.

Source : ©AFP / 20 juillet 2012 11h10 via Romandie