Accueil du site > Infos > International > Nicolas Sarkozy : « oui » au mariage (...)
International
L’ONU publie son premier rapport sur les droits humains des (...) Stérilisés de force en Suède Pétition | All Out
Nicolas Sarkozy : « oui » au mariage des couples de même sexe ou à l’union civile ?
par  la rédaction, le vendredi 13 janvier 2012, vu 146 fois

L’info n’est pas nouvelle (lire : Nicolas Sarkozy réfléchirait au « mariage homo ») mais Libération apporte des confirmations supplémentaires et en fait sa Une pour son édition de vendredi avec ce titre : « Mariage gay : Sarkozy tenté par le oui ».

MARIAGE OU UNION CIVILE ?

Même si l’Élysée refuse de commenter (normal, le président n’est pas encore officiellement candidat), « sa décision est prise » confirment au quotidien « plusieurs députés du premier cercle ». Ainsi, Nicolas Sarkozy devrait inclure dans son programme de campagne « l’union civile pour les homosexuels », écrit le journal. Union civile ou mariage ? Les informateurs de Libération et le quotidien lui-même ne sont pas clairs sur la réponse à donner à cette question. Pourtant cruciale.

Car s’il s’agit du mariage, et donc d’égalité des droits entre citoyen-ne-s, Nicolas Sarkozy s’alignerait sur la position de la gauche (et lui piquerait par la même occasion un thème de campagne, ce qu’on appelle une triangulation) et cela constituerait un réel revirement de sa part, lui qui a toujours été farouchement opposé au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe.

  • RESUCÉE DE 2007 ?

Mais s’il s’agit d’union civile, en mairie, avec égalité fiscale, sociale et patrimoniale totale, ce serait tout simplement une resucée d’une promesse de campagne de… 2007. Dont chacun-e aura eu le temps de constater qu’elle n’a pas été tenue.

Mais cette union civile « peut poser un problème constitutionnel », explique un conseiller élyséen à Libération, « puisque cela reviendrait à réserver à certains citoyens une disposition législative précise ».

Fin du suspense ? Très bientôt, selon Libé, puisque « Nicolas Sarkozy va réunir, dans quelques jours à l’Élysée, les principaux collaborateurs qui travaillent à son futur programme pour trancher la question du mariage gay ».

Source : Yagg


« Mariage gay » à la Une de « Libé » : le faux-scoop qui fait pschitt…

Si l’on en croit la Une spectaculaire du quotidien paru ce matin, Nicolas Sarkozy s’apprêterait d’ouvrir le mariage aux homosexuels. Quand on ouvre le journal, c’est tout l’inverse… Explications.

C’est peu dire que la une de Libération daté d’aujourd’hui fait parler. Sur le dessin, déjà : depuis hier soir sur Twitter, les réactions scandalisées du choix de dessin de couverture se multiplient (voir image ci-dessous). En reprenant un gimmick qui date de la gay pride 2011, celui de Nicolas Sarkozy marié à un leather-daddy, le quotidien a clairement vexé une partie des homos.

Plus embêtant : le choix de titre de couv’ est pour le moins trompeur. « Mariage gay : Sarkozy tenté par le oui – Selon nos informations, le Président s’apprêterait à inscrire le mariage homosexuel dans son programme de campagne ». Un texte qui est non seulement grammaticalement faux (si l’on ne fait pas de discrimination à raison du genre, pourquoi dirait-on « mariage gay » et pas « mariage lesbien » ?) mais absolument en contre-sens avec les informations se trouvant en pages intérieures.

  • Le mariage toujours hors de question

Page 2 du journal de ce matin, qu’apprend-on ? Rien de plus que les « confidentiels » qui abondent dans les colonnes des journaux depuis l’été dernier : le président songerait à adoucir l’image de droite dure liée à sa politique migratoire, et à faire dans son programme pour l’élection présidentielle d’avril une proposition de société qui saurait séduire l’électorat du centre : une « union civile » pour les homosexuels. Et certainement pas le mariage tel que le connaissent aujourd’hui les couples hétérosexuels, qui ouvrirait inévitablement des droits liés à la parentalité et rencontrerait l’opposition absolue de la Droite populaire, frange la plus à droite de l’UMP !

Absolument rien de neuf, donc, depuis la précédente campagne présidentielle, au cours de laquelle il avait promis cette même union civile, réservée aux homosexuels, plus avancée que le pacs (ouvrant notamment la pension de réversion) mais n’ouvrant pas le droit à l’adoption. Les premiers à lire le dossier de Libé, ce matin, ne décolèrent pas. « Erreur de Libération ou communication choisie des proches de Nicolas Sarkozy, le tour de passe-passe (sur le terme de « mariage gay ») est simple pour une partie de la droite qui rechigne à ouvrir le mariage pour tou-te-s », fulmine Nicolas Gougain, le porte-parole de l’Inter-LGBT, sur son TÊTUblog en n’hésitant pas à parler d’« arnaque ». Les associations LGBT avaient en effet massivement rejeté l’idée d’une « union civile » spécifique aux homos, et continuent de réclamer l’ouverture du mariage, mesure d’égalité pour tous les couples.

  • « Il n’a déjà pas tenu parole »

Egalement sur son TÊTUblog, le président d’Homosexualité et socialisme, Gilles Bon-Maury, rappelle que, à la suite de ses promesses identiques en 2007, et même si « certains se sont laissés piéger ; pendant cinq ans, le président Sarkozy n’a pas bougé. Il a nommé Christine Boutin au gouvernement. Il a investi Christian Vanneste aux élections municipales. Ses députés ont rejeté massivement la proposition de loi socialiste visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe. (…) Il n’a pas tenu parole. En 2012, il n’a pas eu besoin de promettre : Libération s’en est chargé. »

Et la classe politique, ce matin, continue de réagir à la Une de Libé comme si Nicolas Sarkozy envisageait effectivement d’ouvrir le mariage aux gays… Bertrand Delanoë dénonce l’« électoralisme » du président, Benoît Hamon ironique se dit « heureux qu’il soutienne » le programme PS (dans lequel le mariage pour les couples homos est effectivement proposé) et Christine Boutin fidèle à elle-même répète que « les conséquences (du mariage gay et de l’adoption) sont excessivement graves pour l’équilibre et la paix sociale dans ce pays »…

MISE À JOUR 11h40 : Sarkozy reste défavorable au mariage des homos

Nicolas Sarkozy n’a « pas changé d’avis sur le mariage homosexuel » auquel il reste « défavorable », a déclaré vendredi à l’AFP la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse, réagissant à la Une de Libération suggérant l’inverse. « Le président de la République n’a absolument pas changé d’avis et est défavorable à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels », a déclaré la ministre. « Nul ne peut se prétendre son porte-parole » sur ce point, a-t-elle ajouté.

Source : Têtu


Mariage homosexuel - Réactions politiques à la Une de Libération sur un possible Oui de Sarkozy

Des responsables politiques ont réagi vendredi à l’éventualité d’une intégration du mariage homosexuel - ou plus vraisemblablement de l’union civile - dans un programme du futur candidat Nicolas Sarkozy évoquée en Une et au conditionnel par Libération.

e quotidien Libération relance les spéculations sur la position de Nicolas Sarkozy sur le mariage homosexuel et l’union civile (une mesure déjà promise en 2007 et non réalisée à ce jour) dans son édition du 13 janvier.

"Sa décision est prise", selon "plusieurs députés du premier cercle", croit savoir le journal pour qui le président pencherait pour l’union civile.

Libération souligne que le mariage gay permettrait à Nicolas Sarkozy d’ "humaniser un peu son image" avec une mesure très peu coûteuse, mais qui "risquerait de braquer une partie de l’électorat traditionnel de la droite".

Il y a quelques semaines déjà, le site internet de L’Express, avait avancé que Nicolas Sarkozy serait à la recherche d’une "mesure progressiste" à même de séduire un électorat modéré qui s’est éloigné de lui et que l’union civile pour les couples gay pourrait en faire office.

L’opposition de Nicolas Sarkozy au mariage homosexuel à proprement parler a d’ailleurs été confirmée par Valérie Pécresse. La porte-parole du gouvernement a indiqué à l’AFP vendredi matin que le président n’a "pas changé d’avis sur le mariage homosexuel" auquel il reste "défavorable".

"Il est favorable à l’égalité des droits fiscaux, successoraux, patrimoniaux, mais pas au mariage car, avec le mariage vient nécessairement la question de la filiation et de l’adoption", a-t-elle poursuivi.

Plusieurs leaders de gauche a réagi à la Une de Libé. Eux non plus ne croient pas à une "conversion" du président sur cette question.

  • Les réactions des politiques :
  • Bertrand Delanoë, maire PS de Paris, un des premiers politiques à avoir fait état de son homosexualité, sur i-TELE : "je pense que c’est de l’électoralisme. M. Nicolas Sarkozy est un candidat qui se cache, il y a une forme d’hypocrisie dans sa manière de ne pas assumer le fait qu’il est candidat et en même temps il agite, il trouble au lieu de permettre que des débats importants soient posés avec la sérénité et même la grandeur qu’il faut".
  • Jean-Luc Romero, ex-UMP, conseiller régional d’Ile-de-France, qui a également fait état de son homosexualité, dans un communiqué : "L’annonce de sa candidature approchant, le président sortant essaie à la fois de lancer un ballon d’essai et de faire un coup politique". "Mais ce coup ne pourra faire oublier les propos homophobes tenus ces derniers mois par des élus UMP sans aucune réaction de leurs instances". "Les homosexuels ne seront plus dupes car, avec cette majorité conservatrice et décalée par rapport à son électorat, un gay qui vote pour la droite, c’est comme une dinde qui vote pour Noël".
  • Benoît Hamon, porte-parole du PS, sur LCI : "Je suis heureux qu’il nous soutienne, nous !" (car la mesure devrait figurer dans le programme de François Hollande). "C’est une conversion, une fois de plus".
  • Christine Boutin, candidate à l’Elysée du Parti chrétien-démocrate, sur Europe 1 : "Je ne suis pas favorable au mariage gay, ni à l’adoption et je tiendrai bon jusqu’au bout parce que les conséquences sont excessivement graves pour l’équilibre et la paix sociale dans ce pays". "Je donne la possibilité aux Français qui pensent que ce n’est pas acceptable de pouvoir s’exprimer. C’est sans doute pour ça qu’on m’empêche de me présenter".

Source : E-llico