Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Partenariat enregistré Le premier
Société
Genève : Un phare, un mot doux... Karine, lesbienne de l’année Lesbiennes, gays et beauté
Partenariat enregistré
Le premier couple gay de Neuchâtel
par  Frédéric Gloor, le vendredi 1er octobre 2004, vu 583 fois
Tags : - Neuchâtel - Union homosexuelle

Gérard, dessinateur en architecture a 54 ans. Alain, retraité depuis quatre ans, a travaillé à la raffinerie de Cressier. Ils se sont rencontrés il y a plus de 30 ans et ont été le premier couple à officialiser leur union dans le canton de Neuchâtel en juillet dernier.

QUAND VOUS ÊTES-VOUS RENCONTRÉS ?

Nous nous sommes rencontrés dans un restaurant de Neuchâtel qui s’appelait le Bagatelle. Ce dernier n’existe plus. C’était un 5 décembre 1973, notre première rencontre. Ensuite, en parallèle avec nos métiers respectifs, nous avons travaillé ensemble en tant qu’amateurs dans le domaine du spectacle... Gérard comme décorateur, et moi, Alain, comme éclairagiste. Nous avons collaboré ensemble une vingtaine d’années dans le spectacle. Actuellement, et ce depuis 28 ans, nous sommes les chefs placeurs du Théâtre de Neuchâtel et salle de musique.

À QUOI SERT UNE UNION OFFICIELLE DU TYPE PACS ?

Pour nous, c’est un document officiel sur le plan cantonal et c’est une bonne chose ! Mais nous devons dire que nous n’avons jamais eu de problèmes au travail, ni avec nos biens, qui sont communs. Par exemple un compte-joint à la banque nous convient très bien. Quand au secret médical, il ne nous a jamais posé de problèmes. Lorsque nous allons faire un check-up, nous y allons les deux en même temps. Pour le diagnostic, le médecin nous prend les deux ensemble. Il est évident que si un jour un pacs se réalise au niveau fédéral, ce serait formidable !

VOTRE VIE A-T-ELLE CHANGÉ DEPUIS ?

Pour nous, rien n’a changé. Quand je travaillais à la raffinerie, j’était chef d’équipe avec quinze hommes sous mes ordres. Ils étaient tous au courant que je partageais ma vie avec Gérard. Chaque fois qu’il y avait un souper d’entreprise, Gérard m’accompagnait. Dans le bureaux de Gérard, six personnes sont aussi au courant de la situation.

Ma famille est au courant mais nous n’avons jamais eu de réunion de famille pour en parler, tout s’est passé en toute tranquillité. Du côté de la famille de Gérard, c’est plus nuancé, comme il a des frères et sœurs en France et en Espagne. La famille en France est au courant, mais celle d’Espagne, plus conservatrice, ne veut pas en parler.

PENSEZ-VOUS QUE LES INDIVIDUS PEUVENT CHANGER LE MONDE ?

Ma plus grande satisfaction : deux ans avant la retraite, j’ai commencé à questionner le fonds de pension de l’entreprise pour laquelle je travaillais. J’avais cotisé pendant mes 34 années de travail chez Shell, il me semblait normal que Gérard touche une rente en cas de décès. Ils n’ont pas été négatifs d’entrée, les pourparlers ont toutefois duré deux ans environ. À la veille de ma retraite, le comité directeur du fond de pension Shell a fait modifier son règlement : les employés ayant un conjoint de même sexe peuvent désormais bénéficier d’une rente de veuf pour autant que le couple ait cinq ans de vie commune. Pour moi, c’est une grande victoire, mon cas a fait figure d’exemple : ils l’ont fait pour tous les employés Shell qui sont homosexuels (je ne sais pas s’il y en a beaucoup !).

Propos recueillis par Fred