Accueil du site > Santé > Prévention > Pas eu le temps de penser au préservatif
Prévention
Faut-il repenser les campagnes de prévention contre le sida (...) Sida : la prévention fait défaut dans le milieu gay
Pas eu le temps de
penser au préservatif ?
par  la rédaction, le lundi 1er juin 2009, vu 240 fois
Tags : - SIDA - VIH - Préservatif

La campagne LOVE LIFE - STOP SIDA, menée conjointement par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et l’Aide suisse contre le sida (ASS), revient sur nos écrans avec les spots télévisés les plus courts en Suisse. Elle rappelle qu’il ne suffit pas de connaître les règles du safer sex pour se protéger des situations à risque.

Les nouveaux spots télévisés de la campagne LOVE LIFE STOP SIDA, menée conjointement par l’OFSP et l’ASS, durent tout juste cinq secondes. Chaque spot met en scène la rencontre de deux personnes, immédiatement suivie d’un rapport sexuel. Comme il ne s’agit pas d’une situation de tous les jours, les partenaires n’ont bien souvent pas de préservatif à portée de main et ne se protègent pas. D’où l’intitulé de la nouvelle campagne « Pas eu le temps de penser au préservatif ? ».

Tout individu ayant eu des rapports non protégés peut évaluer le risque encouru sur www.check-your-lovelife.ch pour savoir s’il est judicieux d’effectuer un test VIH et, le cas échéant, où se rendre. En particulier, les personnes entretenant une relation stable doivent se renseigner sans délai après s’être exposées à un risque d’infection.


La nouvelle campagne ne vise pas à banaliser ce genre de rapport sexuel. Elle entend avant tout encourager les gens à se munir d’un préservatif en toute occasion, notamment pour faire face aux « imprévus ». Et même lorsqu’on n’a pas eu le temps de penser au préservatif : l’OFSP et l’ASS rappellent que les règles du safer sex restent de mise. Ainsi, en dehors d’une relation stable, basée sur la confiance : pas de pénétration sans préservatif, pas de sperme ni de sang dans la bouche.

Pour cette nouvelle campagne, qui débute aujourd’hui et durera pendant deux ans, l’OFSP et l’ASS diffuseront leur message via des spots télévisés, mais aussi par voie de presse, par des affiches dans les transports publics et dans la rue, ainsi que sur Internet. La deuxième étape de la campagne est prévue pour le mois de septembre.