Accueil du site > Infos > Suisse > Politique > Patient-e-s VIH-sida menacés d’exclusion
Politique
1er décembre Le mot de la présidence Embarrassant aveu de Micheline Calmy-Rey Pas de protection (...)
Patient-e-s VIH-sida
menacés d’exclusion
du système de soins

Non à l’article sur
les caisses-maladie !
par  la rédaction, le jeudi 15 mai 2008, vu 220 fois
Tags : - Santé - SIDA - Discrimination

« Qualité et efficacité économique dans l’assurance-maladie » : c’est ce que promet l’article constitutionnel sur lequel on vote le 1er juin. Dans le meilleur des cas, l’efficacité économique vaudra pour les caisses-maladie. Les malades chroniques, notamment les patient-e-s VIH/sida, sont menacés d’être exclu-e-s du système de santé.

La nouvelle disposition constitutionnelle mise au vote le 1er juin permet d’introduire la liberté de contracter pour les caisses à l’égard des médecins et des prestataires de soins.
En outre, elle permet de lever l’obligation de contracter imposée aux caisses-maladie. Dans le cas des patients VIH/sida et d’autres malades chroniques, une levée de l’obligation de contracter peut signifier l’exclusion de l’assurance-maladie et de l’ensemble du système de santé.

En outre, si les caisses obtiennent la liberté de contracter, elles risquent de ne travailler qu’avec les prestataires de services jugés avantageux sous l’angle économique et d’exclure par exemple les professionnel-le-s et les établissements spécialisés qui prennent en charge des maladies chroniques et coûteuses . Un médecin spécialiste du VIH, par exemple, pourrait sembler trop coûteux du fait du grand nombre d’examens qu’il ordonne. Les caisses seraient ainsi en droit de refuser le remboursement de ses prestations et des examens en question à ses assurés séropositifs.

C’est pourquoi l’Organisation suisses des gais PINK CROSS, à laquelle s’associe la rédaction de Gayromandie, recommande instamment de déposer un NON dans l’urne. C’est ainsi que la qualité et l’efficacité économique des caisses-maladie seront effectivement préservées.

Pink Cross


Les médecins vaudois recommandent de rejeter l’article constitutionnel 117a.

Pour la Société Vaudoise de Médecine (SVM), le contre-projet à l’initiative de l’UDC « Pour la baisse des primes d’assurance-maladie dans l’assurance de base » entraînera non seulement une réduction de l’accès aux soins, mais paradoxalement aussi une augmentation des primes d’assurances…. complémentaires ! Les médecins vaudois recommandent donc de rejet l’article constitutionnel 117 a.

Le nouvel article 117a n’amène rien de bon pour les patients, au contraire :

  • les médecins seront mis sous pression par les assureurs pour faire des choix thérapeutiques « bon marché
  • les patients ne pourront plus choisir leur médecin librement
  • les patients devront contracter de nouvelles assurances complémentaires pour conserver les mêmes prestations qu’aujourd’hui
  • les soins aux personnes âgées (EMS) et malade chronique seront limités l ’entier du financement des hôpitaux sera confié aux assureurs (système « moniste ») qui décideront seuls de la survie ou de l’élimination des hôpitaux.