Accueil du site > Santé > Prévention > Point sur la vaccination contre (...)
Prévention
« Les résultats de l’essai américain sur le VIH ne sont pas (...) Dépistage gratuit de l’hépatite C à Checkpoint Genève
Point sur la vaccination contre l’HPV
par  la rédaction, le vendredi 20 mai 2011, vu 152 fois

Dernières nouveautés sur la vaccination de la population masculine contre l’HPV

Il existe au moins 15 variétés oncogènes d’ HPV [1] et deux types de vaccins sur le marché : Cervarix® produit par GlaxoSmithKline et efficace contre l’HPV 16, 18 (les deux responsables de plus 80% des cas de cancers du col de l’utérus) et le Gardasil® produit par Merck & Co. Efficace aussi contre les variantes 16 et 18 mais aussi les génotypes 6 et 11 qui sont responsables de la plupart des condylomes.

Deux études ( [2]) montrent qu’il peut exister une protection supplémentaire (cross protection) de ces vaccins contre d’autres types d’HPV oncogènes ou condylogènes.

Différents pays européens ont mis en place des protocoles nationaux de vaccination. Pour la plupart ils ciblent la population féminine entre 11 (Espagne, Suisse et Portugal) et 17 ans (Allemagne), excepté pour l’Autriche qui cible la population masculine et féminine âgées de 9 à 15 ans. En France, la vaccination est recommandée pour les jeunes filles de 14 ans. Elle peut également être proposée en rattrapage pour les jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard dans l’année suivant le début de leur vie sexuelle.

Plusieurs experts s’accordent à dire que la vaccination de la population masculine pourrait être recommandée, et ce même si son bénéfice n’a pas encore été prouvé par des études spécifiques quant à l’efficacité du Gardasil®, par exemple, (efficace contre les variantes HPV condylogènes) sur la prévention du cancer anal chez les homosexuels, tel que cela a été fait en Autriche [3]. Reste qu’il faut encore et toujours plus de résultats.

Des nouvelles données encourageant la vaccination masculine ont été présentées à la Conférence Eurogin. Une étude de A. Giuliano [4] sur l’efficacité du Gardasil® (vaccin quadrivalent) sur les hommes, a été conduite sur une cohorte de 3 463 hommes entre 16 et 26 ans, dont 602 homosexuels. Ces hommes ont été recrutés dans 18 pays sur 5 continents.

Cette étude montre d’abord que l’incidence des HPV 6, 11, 16 et 18 était plus importante chez les homosexuels que chez les hommes hétérosexuels. Sur les volontaires HPV négatifs, après 3 doses de Gardasil®, l’efficacité du vaccin mesurée après 24 mois a été > 97%. Avec une efficacité contre les condylomes à 100% et contre les dysplasies (lésions précancéreuses) de 79%. Le vaccin a été généralement bien toléré, sans différence par rapport au placebo.

La question de la pertinence de vaccination dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires, comme en Afrique, reste entière. Il est urgent de mettre en place des études épidémiologiques sur l’HPV dans ces pays pour avoir une vision plus exhaustive et définir des stratégies de vaccination pertinentes et efficientes.

Source : Michel Maietta et Dr Laurent Abramowitz pour Sidaction (France)

Notes

[1] HPV 16, 18, 45, 31, 33, 35, 39, 51, 52, 56, 58, 59, 66, 68 et 73

[2] Nishida KJ et al. Cross protection from HPV 16/18 against types 45 and 31 : fact or fancy ? Therapy 2008

Bernard HU. The Clinical importance of nomenclature, evolution and taxonomy of HPV. J Clin Virol 2005

[3] Koulova A et al. Country recommendations on the inclusion of HPV vaccines in national immunization programs among high-income countries, June 2006-January 2008. Vaccine 2008

[4] A. Giuliano New évidence for vaccination for males, Eurogin 2011 - PS 2-2