Accueil du site > Infos > International > Portugal/mariage gay : référendum (...)
International
Europe : les droits de l’homo à géométrie variable Ouganda : la loi contre l’homosexualité menace les libertés et les (...)
Portugal/mariage gay : référendum ?
par  la rédaction, le mercredi 4 novembre 2009, vu 259 fois
Tags : - Mariage - Portugal

L’Eglise catholique portugaise a défendu aujourd’hui la réalisation d’un référendum sur la légalisation du mariage homosexuel, mesure qui figure au programme du nouveau gouvernement socialiste.

"De la même façon qu’il y a eu un référendum sur l’interruption volontaire de la grossesse, il devrait y en avoir aussi un pour le mariage homosexuel", a déclaré le porte-parole de la Conférence épiscopale portugaise Manuel Marujao, estimant que cela permettrait "un débat clarificateur".

"On ne décide pas derrière le dos du peuple sans qu’il y ait d’abord cette clarification au sein de l’opinion publique", a souligné le père Marujao, cité par l’agence Lusa. Avant les élections législatives de septembre dernier, le Premier ministre José Socrates s’était engagé à autoriser les unions homosexuelles, une mesure retenue dans le programme de son nouveau gouvernement, qui sera débattu au parlement jeudi et vendredi.

L’Eglise s’était déjà prononcée contre le mariage gay et "en faveur du vrai mariage", mais l’évêque de Porto a relancé le débat en affirmant mardi soir que le référendum était "une possibilité tout à fait admissible".

Le Parti socialiste (PS) a aussitôt réagi par la voix du chef de son groupe parlementaire, qui a déclaré qu’une consultation référendaire n’aurait "aucun sens". "Ce parlement a toute la légitimité pour traiter cette question et il le fera prochainement", a affirmé le député Francisco Assis.

Mais, au sein même du PS, le sujet ne fait pas l’unanimité et le groupe de militants socialistes catholiques a appelé le Premier ministre à faire preuve du "courage personnel et politique pour réaliser un référendum national sur ce thème".

Source : Le Figaro


Sur le même sujet :

E-llico : Portugal - le Premier ministre déterminé à légaliser le mariage homosexuel

Le Premier ministre portugais José Socrates s’est dit déterminé à légaliser le mariage homosexuel - comme il s’y était engagé pendant sa campagne - en présentant jeudi son programme de gouvernement.


Le Premier ministre portugais José Socrates a présenté jeudi devant l’Assemblée nationale son programme de gouvernement, calqué "exactement" sur le programme électoral du Parti socialiste qui, bien que minoritaire, "a gagné les législatives", a-t-il rappelé.

Parmi les sujets sensibles, José Socrates a réaffirmé sa ferme intention de légaliser le mariage homosexuel, rejetant les récents appels, notamment de l’Eglise catholique, à un référendum.

Contrairement à la dépénalisation de l’avortement qui a nécessité deux référendums - le premier, en 1998, avait vu la victoire du "non" avant que le oui" l’emporte en 2007 -, José Socrates a exclu cette fois-ci l’organisation d’une consultation populaire réclamée par une partie de la droite, des socialistes catholiques et par l’Eglise.

"Je n’accepte aucune leçon de démocratie, ni les arguments de ceux qui se souviennent des référendums quand ça les arrange. J’ai assumé cette proposition dans mon programme électoral, je l’ai défendue en débat public. J’ai donc une totale légitimité pour la proposer et la faire approuver par ce parlement", a-t-il déclaré.

José Socrates, qui a perdu la majorité absolue lors des dernières législatives du 27 septembre, compte s’appuyer sur les voix de l’ensemble des partis de gauche, favorables au mariage gay et majoritaires au parlement.

Le chef du gouvernement a rappelé que ce projet de loi était "un geste" à l’endroit des homosexuels que sa génération "a mal traités".

Toutefois le premier ministre n’a pas mentionné la question de l’adoption par les couples homosexuels, qui ne figure pas dans son programme et ne devrait par conséquent pas figurer dans son projet de loi comme le réclament les Verts et le Bloc de gauche (BE, extrême gauche).

Le programme du gouvernement doit être débattu pendant deux jours au Parlement mais ne devrait pas être soumis au vote, aucun parti n’ayant exprimé l’intention de déposer une motion de censure.

Source : E-llico


Têtu : Le Portugal pourrait légaliser rapidement le mariage homosexuel

ANALYSE. Grâce à la volonté du Premier ministre socialiste, les homos portugais pourraient très bientôt se voir offrir la possibilité de se « marier »… Mais peut-être pas d’adopter. A suivre.


Deux ans après la dépénalisation de l’avortement, le Portugal pourrait légaliser rapidement le mariage des couples homosexuels, inscrit au programme du nouveau gouvernement socialiste présenté jeudi devant le parlement.

« A l’exception de certains secteurs plus militants, il existe une certaine indifférence généralisée sur cette question qui semble moins fracturante » qu’il y a quelques années, constate José Palmeira, professeur de sciences politiques de l’Université du Minho. Le sociologue Joao Manuel Oliveira partage cette analyse : selon lui, la société portugaise a évolué depuis la Révolution des Oeillets en 1974, qui a mis un terme à plus de 40 ans de dictature, et a atteint « un point de maturité ». « Cette question s’inscrit dans la continuité d’un processus démocratique qui a débuté le 25 avril (1974) mais n’a pas apporté de réponses aux questions de société liées à la démocratisation de l’intime », estime-t-il.

  • Pas de référendum sur le sujet

« Contrairement à la dépénalisation de l’avortement qui a nécessité deux référendums – le premier, en 1998, avait vu la victoire du « non » avant que le « oui » l’emporte en 2007 –, José Socrates a exclu cette fois-ci l’organisation d’une consultation populaire réclamée par une partie de la droite, des socialistes catholiques et par l’Eglise.

« J’ai assumé cette proposition dans mon programme électoral, je l’ai défendue en débat public. J’ai donc une totale légitimité pour la proposer et la faire approuver par ce parlement », a déclaré jeudi le Premier ministre lors de la présentation de son programme au parlement.

  • « Un geste » envers les homosexuels « mal traités »

M. Socrates, qui a perdu la majorité absolue lors des dernières législatives du 27 septembre, compte s’appuyer sur les voix de l’ensemble des partis de gauche, favorables au mariage gay et majoritaires au parlement. Le chef du gouvernement a rappelé que ce projet de loi était « un geste » à l’endroit des homosexuels que sa génération « a mal traités ».

Pour autant, M. Socrates n’a pas mentionné la question de l’adoption par les couples homosexuels, qui ne figure pas dans son programme et ne devrait par conséquent pas figurer dans son projet de loi comme le réclament les Verts et le Bloc de gauche (BE, extrême gauche).

  • L’Eglise reste en retrait

Jusqu’à présent, la question du mariage homosexuel n’a guère fait polémique et avait été éclipsée pendant la campagne des législatives, dominée essentiellement par les problèmes économiques du pays. Le thème ne figurait même pas dans le programme du Parti social-démocrate (PSD, centre-droit), principale formation d’opposition, qui n’a toujours pas pris de position officielle et est divisé sur ce sujet.

L’Eglise s’est elle aussi montrée assez discrète dans un pays qui se dit catholique à plus de 90%. La conférence épiscopale portugaise, qui a réclamé cette semaine « un débat clarificateur » et un « référendum », a assuré qu’elle ne donnerait pas de consigne de vote aux fidèles catholiques.

  • Un débat parlementaire très bientôt

« Je crois que l’Eglise préfère laisser le rôle d’opposition à ce projet aux associations "pro-vie", comme lors du référendum sur l’avortement. Elle préfère éviter la médiatisation afin de ne pas être accusée d’interférer dans les affaires de la République », estime le militant des droits des homosexuels Miguel Vale de Almeida, nouvellement élu député socialiste.

Des associations ont déjà annoncé des pétitions contre le projet de loi qui, selon des sources proches du PS, devrait être présenté au parlement dans les prochaines semaines.

S’il est adopté, le Portugal rejoindrait la liste des pays qui ont déjà autorisé le mariage gay, comme l’Afrique du Sud, le Canada, l’Espagne, la Belgique, la Norvège, la Suède ou encore les Pays-Bas.

Source : Lévi Fernandes (AFP) pour Têtu.com

CitéGay : Portugal - le projet de mariage gay défendu par le gouvernement

Malgré l’opposition des conservateurs et de l’Eglise, le Premier ministre portugais, José Socrates, s’est dit déterminé à légaliser le mariage homosexuel lors de la présentation de son programme de gouvernement...

Conformément à une promesse de campagne, le Premier ministre portugais, José Sócrates (Parti socialiste), a confirmé ce jeudi 5 novembre, lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale, que son nouveau gouvernement souhaite légaliser le mariage entre personnes de même sexe.

« Je n’accepte aucune leçon de démocratie, ni les arguments de ceux qui se souviennent des référendums quand ça les arrange. J’ai assumé cette proposition dans mon programme électoral, je l’ai défendue en débat public. J’ai donc une totale légitimité pour la proposer et la faire approuver par ce parlement » a-t-il déclaré. José Sócrates faisait allusion à l’appel de l’épiscopat local quant à la tenue d’un referendum sur le sujet. « De la même façon qu’il y a eu un référendum sur l’interruption volontaire de la grossesse (ndr : en 2007, remporté par les progressistes contre l’avis de l’Eglise), il devrait y en avoir aussi un pour le mariage homosexuel » avait déclaré le porte-parole de la Conférence épiscopale portugaise, Manuel Marujao, estimant que cela permettrait « un débat clarificateur ».

Déjà en février, la Conférence épiscopale portugaise avait réaffirmé son opposition à toute tentative « d’assimiler les unions homosexuelles au mariage de familles constituées sur la base d’un amour entre un homme et une femme ». Pour le clergé, la famille est fondée sur le mariage entre un homme et une femme et « a le droit de voir reconnue son identité unique et incomparable, sans mélange et sans confusion avec d’autres formes de cohabitation ».

Si la coalition de gauche a remporté les dernières élections législatives en septembre, le parti socialiste dont est membre José Sócrates, réélu à la tête du gouvernement, ne dispose que d’une majorité relative. Des voix, au sein même de son parti, se font entendre, défendant également la tenue d’un referendum sur le sujet.

En août dernier, avant les élections, Aníbal Cavaco Silva, le président de centre-droit, s’était opposé à un projet de loi du gouvernement socialiste précédent de José Sócrates visant à octroyer les mêmes droits aux couples unis de fait que ceux mariés.

Si le nouveau gouvernement entend ouvrir le mariage civil aux couples de même sexe, l’adoption par des couples homosexuels a été exclue des projets gouvernementaux..

Source : CitéGay