Accueil du site > Infos > Suisse > Politique > Pour qui voter ? Enquête auprès (...)
Politique
Pour élire Esther, nul besoin de voter Christian - Transsexualisme et Blocher au DFJP Pourfendeur ou défenseur résigné du partenariat (...)
Pour qui voter ?
Enquête auprès des candidats
par  Frédéric Gloor, le vendredi 19 septembre 2003, vu 276 fois
Tags : - Suisse - Pink Cross - LOS - Elections

Qui faut-il élire pour nous représenter à Berne ? Souhaitant trouver quelques réponses à cette question, les deux associations nationales Pink Cross (gays) et LOS (lesbiennes) ont mené un sondage auprès des 1 375 candidats au parlement (Conseil national et Conseil des États). Cinq questions évaluant le degré de tolérance et de compréhension de la problématique homosexuelle en Suisse ont permis d’en savoir plus sur les candidats qui seront amenés à débattre puis à voter la loi sur le partenariat pour couples de même sexe lors de la première session de leur mandat. Un “journal électoral” a été publié et sera distribué dans les ménages gays et lesbiens de Suisse.

Sur les 1 375 questionnaires envoyés, seuls 36% ont été remplis et renvoyés. 64% des candidats sont donc insensibles à la cause gay, craignent de dire trop fort leur opposition au moment où ils auraient besoin d’être élu par un maximum d’électeurs ou ne répondent pas aux sondages quels qu’ils soient. Sur les 36% de réponses, on note plus de 90% de personnes qui sont favorables à l’introduction d’un partenariat enregistré. Les réponses défavorables sont donc au nombre d’environ 40 et émanent principalement des Démocrates Suisse et du Parti Évangélique. Moins de 30% des candidats UDC ont osé affirmer ouvertement leur désapprobation. Toutefois, attention aux chiffres ! Si 70% des UDC qui ont répondu se disent favorables, ils ne représente qu’une vingtaine de personnes sur les plus de 200 candidats de ce parti.

Les cinq questions subtilement construites auxquelles les sondés devaient répondre allaient dans un crescendo. Du principe d’égalité à la loi sur le partenariat, puis du principe de l’adoption à la possibilité d’adopter les enfants légitimes du partenaire, les candidats ne sont pas nombreux sur la ligne d’arrivée. Arrivent en tête : Parti du Travail et Alternatifs, talonnés par les Verts, le Parti socialiste et le Parti communiste.

Ils sont 18 candidats ouvertement homosexuels, toutes listes confondues à se présenter cette année. C’est sept de plus qu’il y a quatre ans. Parions que si le lobby gay se mettait à pratiquer l’outing, le nombre serait encore plus élevé. En Suisse romande, on ne compte que Catherine Gaillard de l’Alliance de Gauche, élue municipale à Genève. Catherine Gaillard est membre du comité de Lestime.

À noter également les candidats qui se sont déjà engagés par le passé pour défendre la cause LGBT : Valérie Garbani, PS (NE), marraine de la Pride02 / Pierre-Alain Gentil, PS (JU), qui s’était distingué lors de la Pride 2003 / Roger Nordmann PS (VD) / Marc Kalbeermatter JUSO (VS), qui avait proposé au parlement cantonal de plancher sur un pacs valaisan.

Les résultats complets ont été imprimés dans un “journal électoral”, distribué par les associations homosexuelles de Suisse à leurs membres.

Sur Internet : www.queerwahl.ch