Accueil du site > Infos > Culture & Loisir > Cinéma > Pour redescendre de la montagne
Cinéma
Prochaines sorties dans les salles obscures
Pour redescendre
de la montagne
le dimanche 22 janvier 2006, vu 191 fois
Tags : - Cinéma

Avec Brokeback Mountain et ses prix et ses nominations qui pleuvent, le western spagaykitsch est la nouvelle coqueluche médiatique du moment.

C’est probablement du snobisme mal placé, mais une telle unanimité dans le sacre de ce qui devrait relever de la subversion, de la transgression me met mal à l’aise. Assisterait-on à un phénomène à la Michael Moore ? Est-ce le fait que le film s’en prend à un mythe constitutif de l’Amérique profonde qui lui vaut autant de suffrages ? À mes yeux, le film n’est pas mal du tout, mais sans plus – or il est parti pour devenir un film culte.

Si je fais abstraction de mes habitudes d’enfant gâté par le bon cinéma (d’où qu’il soit, américain, asiatique...) doublé d’un calviniste se lassant vite d’images prioritairement flatteuses, je dirai que ce film est une excellente chose. Détourner une pub pour Marlboro, mettre en scène une thématique ouvertement gay dans un décor de western (alors que d’habitude, une homosexualité latente est omniprésente dans les deux cas) : très bonne idée, certainement déjà exploitée, mais jamais à une échelle quasi planétaire. C’est très bon pour véhiculer « autrement » des images inédites et un discours (et des silences) inouïs en matière d’homosexualité masculine.

Il faut juste admettre le postulat kitsch de départ. La présence des personnages dans ces paysages ne sera donc pas crédible. Il faut s’habituer aux éclats quasiment éblouissants que jette la propreté immaculée de leurs vêtements dans le paysage (aux montagnes phalliques, forcément) avec des moutons en arrière-plan dont on ne les voit jamais s’occuper. Mais c’est cohérent, puisque dans l’histoire, ce sont de mauvais gardiens de moutons.

Il faut faire son deuil d’une interaction effective entre les personnages. Le style veut qu’elle soit statique, que chacun n’ait l’air d’exister que pour soi. C’est frustrant parce que les personnages sont attachants et vivent quelque chose de poignant. Il paraît que ça correspond au mode de communiquer des gens de ce milieu. Je ne suis qu’à moitié convaincu : il y a d’autres manières de représenter la solitude fondamentale et la difficile communication entre les êtres.

À noter que, dans un genre très voisin, l’Office du Tourisme suisse n’est pas en reste. De magnifiques spécimens de mâles suisses sont proposés comme solution de rechange à la Coupe du Monde de Football, charmants et pleins de fraîcheur virile (si, si : en Suisse ce n’est pas une contradiction dans les termes). C’est ici, cliquer sur ’’Zum Herunterladen’’ juste en dessous de ’’WM - Alternative - Clip’’.

JPG


Le site officiel du film.

Lire aussi le billet du 4 mars sur le même sujet publié sur le swissroll.info. Le film aura finalement décroché trois statuettes : celle du meilleur réalisateur, celle de la meilleure adaptation et celle de la meilleure musique.