Accueil du site > Santé > Santé LGBT > Prédominance du suicide dans la (...)
Santé LGBT
Enquête Chrysalide Santé Trans 2011 Gays et don de sang : Qu’en dit l’épidémiologie ?
Prédominance du suicide dans la population LGBT
par  la rédaction, le mercredi 14 décembre 2011, vu 136 fois

Une étude sur les décès par suicide en France fait une nouvelle fois ressortir une forte prédominance de ces cas dans la population LGBT.

En France, où presque un décès sur 50 est un suicide, 5,5% des 15-85 ans déclarent avoir déjà fait une tentative au cours de leur vie, les femmes étant deux fois plus nombreuses que les hommes, révèle une enquête du Baromètre santé 2010.

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publie mardi une série d’études, dont chacune "est une pièce de plus au puzzle qui vise à mieux connaître cette catastrophe en miettes et quotidienne", souligne le professeur de psychiatrie Jean-Louis Terra dans un éditorial.

En 2009, 10.464 décès par suicide ont été enregistrés par le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l’Inserm.

Les hommes représentent les trois-quarts des décès par suicide (7.739 décès masculins contre 2.725 décès féminins).

En revanche, les tentatives et les pensées suicidaires sont davantage le fait des femmes, montre l’enquête du Baromètre santé, conduite par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) auprès de 27.000 personnes.

Une autre étude de l’Institut de veille sanitaire (InVS) chiffre à environ 90.000 le nombre annuel des hospitalisations pour tentatives de suicide entre 2004 et 2007, les femmes représentant 65% des séjours.

Dans le détail, l’étude révèle également une plus forte prédominance de la pensée suicidaire et du passage à l’acte parmi la population homo ou bisexuelle.

"Les personnes se définissant comme homosexuelles et bisexuelles, ou ayant des comportements homosexuels, semblent en effet davantage touchées par le risque de suicide indique le bulletin hebdomadaire. Le harcèlement et la discrimination, dont ces minorités sexuelles habituellement définies comme lesbiennes, gays, bisexuel(le)(s), transgenre (LGBT) sont souvent victimes, pourraient aggraver les causes habituelles de comportement suicidaire".

"La prévalence de TS au cours de la vie a été estimée à 10,8% pour les femmes homosexuelles et à 10,2% pour les femmes bisexuelles, contre 4,9% pour les hétérosexuelles. Dans le cas des hommes, les estimations étaient de 12,5% pour les homosexuels et 10,1% pour les bisexuels », indique enfin le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

Sources AFP et BEH via E-llico



Bookmark and Share

Répondre à cet article