Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Pride à Delémont - Faisons connaissanc
Société
Têtu poursuit 360° pour diffamation Gay Pride 02 de Neuchâtel Distribution du bénéfice
-* Pride à Delémont -

Faisons connaissance
avec leur milieu gay
par  Frédéric Gloor, le lundi 23 juin 2003, vu 741 fois
Tags : - Jura - GayPride

L’affiche d’une manifestation n’est pas un outil secondaire. Les organisateurs de la prochaine Pride du Jura l’ont bien compris lorsqu’ils ont décidé de faire appel aux étudiants des Écoles d’Art de Bienne et de la Chaux-de-Fonds en y organisant un concours.

En plus de la recherche d’un produit de qualité, cette démarche entrait totalement dans l’esprit «  faire connaissance » que les initiateurs de la manifestation ont voulu donner. Hétéros pour la plupart, les étudiants ont dû (re)penser leurs conceptions de l’homosexualité et conceptualiser graphiquement la Pride jurassienne.

Les résultats sont exposés depuis vendredi et jusqu’au 6 juillet à l’Hôtel de Ville de Delémont. Ce vernissage a été pour moi une nouvelle occasion de me rendre à Delémont.

Il est dix-neuf heures trente. En voiture, j’ai mis deux heures pour rejoindre le lieu de la prochaine Pride depuis Lausanne. - En train je n’aurais mis qu’une heure et demie.- La partie officielle du vernissage a déjà commencé. Un graphiste, membre du Jury qui a sélectionné les trois affiches finalistes, explique que les personnes qui font ce métier sont sans cesse confrontées à la mise en image de sujets qu’elles ne connaissent pas, qu’il s’agisse de politique ou de marques. On demande à la gagnante si le choix des papillons veut suggérer que les gays papillonnent. La jeune fille répond dans un petit rire qu’elle aime bien les papillons et qu’elle cherchait simplement un élément qui puisse se répéter. Premier regard sur les affiches : un style rétro qui plonge la Pride dans les années soixante. Une affiche me frappe : deux bornes d’incendie roses côte à côte sur un trottoir de ville. Une petite chaînette les relie. Erreur de l’auteur : on ne peut pas représenter un couple enchaîné !

Autre splendeur esthétique : le buffet apéritif qui a été préparé par la même équipe de paysans qui organiseront le brunch du dimanche 6 juillet. Voilà qui présage d’un événement dominical gustatif de qualité. Parmi les trois affiches finalistes sélectionnées par le jury d’experts, deux ont retenu l’attention du Comité : la gagnante (bien évidemment) et celle présentant une assiette avec deux fourchettes de chaque côté. «  Nous étions à 50 :50 » confie Régis, c’est l’arrivée d’un visiteur ce soir là qui nous a départagés. « Le point faible de l’assiette est qu’elle est vide » explique Nicole, « cela ne fait pas vraiment festif ! »

Après avoir visité les trois étages que compte cette exposition, je n’ai repéré qu’un seul cœur sur une affiche un peu simpliste. Par contre, deux slips qui sèchent au soleil dans un jardin, deux Mickey Mouse qui se roulent des pelles à faire rougir Daisy, des phallus qui se camouflent dans des paysages. Je me rends compte à quel point une Pride est imprégnée par la sexualité.

On ressort par le balcon – lieu historique s’il en est pour le jeune canton du Jura. Bernard me raconte le fameux discours prononcé il y aura bientôt vingt-sept ans. C’est à ce même endroit que les discours de la Pride seront prononcés.

Pendant le retour, je repense à cette incitation faite aux gays de la région lémanique, que j’ai lue sur boyinstinct.ch, pour qu’ils soutiennent les Jurassiens dans leur Pride et qu’ils fassent le voyage. Je pense au plaisir que j’ai toujours eu à venir à Delémont y rencontrer cette équipe de la Pride et/ou de Juragai. Cette démarche n’est pas à sens unique. Si je peux renforcer cette manifestation par ma présence, j’en repartirai aussi plus riche qu’en arrivant. Pas question d’aller à Delémont en missionnaire pour pridiser des peuplades reculées : le but est d’aller à la rencontre de ces homos qui ne vivent pas comme moi, parce que leur société n’est pas la même que celle où je vis, en ville de Lausanne. En faisant connaissance avec leur conception du milieu gay, j’ai aussi quelque chose à y apprendre.

Fred (merci à Jean-Paul Guisan pour sa relecture)