Accueil du site > Infos > Suisse > Société > RSR - De quoi j’me mêle "Homophobie (...)
Société
Le sang des homosexuels bientôt accepté pour les transfusions (...) Un site gay fait de l’œil aux Jeunes UDC
RSR - De quoi j’me mêle
"Homophobie pas interdite"
par  la rédaction, le mercredi 30 décembre 2009, vu 284 fois
Tags : - Politique - Homophobie

Pourquoi tolère-t-on encore largement les insultes homophobes ? Reportage. Racisme et antisémitisme constituent automatiquement des délits, pas l’homophobie. La société n’est-elle pas encore prête ?


Interview :

  • Grégory Logean (Jeune UDC du Valais Romand)
  • Caroline Dayer (Universitaire - Chercheuse).

Reportage :

  • Blues-out.

« Sale pédé ! » est l’une des insultes les plus répandues dans les cours de récréation et les couloirs des établissements secondaires de Suisse romande. Là où les anathèmes anti-juifs et anti-noirs ne sont plus admis, la stigmatisation et le dénigrement des homosexuels sont encore largement tolérés. Or à cause des insultes et des violences dirigées contre les gays et les lesbiennes, à cause de l’homophobie latente, la majorité des jeunes homosexuels ont beaucoup de mal à accepter et assumer leur orientation sexuelle.

Ca a été le cas de Thaïs, une jeune fille mise à l’écart et traitée de « garçon sans queue » dès son entrée en classes secondaires. Il lui a fallu plusieurs années pour révéler son homosexualité à sa famille. Un coming-out qu’elle espérait libérateur mais qui déclencha la colère de son père et la désapprobation silencieuse de sa mère.

Les conséquences de ce genre de mise à l écart sociale et affective sont souvent dramatiques. Selon des études réalisées en Suisse et en Europe, les personnes homosexuelles sont deux fois plus sujettes à la dépression et cinq fois plus exposées au suicide que les hétérosexuels.

Partant de cette réalité, les associations genevoises Lestime et Dialogai ont lancé récemment Blues-out, une campagne d’écoute et de conseils à destination des homosexuels touchés par la déprime ou la dépression.

Reportage à la permanence téléphonique de Blues-out avec les bénévoles qui répondent aux appels de personnes homosexuelles en détresse.

« L’homosexualité est une déviance qui met en danger l’équilibre psychique de la jeunesse, la famille traditionnelle et la survie de la patrie. » Au micro de De quoi j’me mêle, le coprésident des jeunes UDC du Valais romand Grégory Logean confirme la teneur du communiqué qu’il avait rendu public le 17 mai 2009, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie.

Cette prise de position, reçue par de nombreux homosexuels comme une provocation insultante, a poussé une trentaine de responsables d’associations gays et lesbiennes à porter plainte contre Grégory Logean. Ils espèrent que leur démarche contribuera à faire évoluer la norme pénale suisse dans laquelle l’homophobie n’est toujours pas considérée comme un délit.

Source Un reportage de Marc Giouse, dans une réalisation de Jérôme Nussbaum, présenté par Véronique Marti.


Enregistrement de l’émission :

RealAudio - 137 octets