Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Retour de Lucerne L’autogoal des (...)
Société
Benoît XVI critique l’évolution des mœurs de la société (...) Buju Banton en concert en Suisse
Retour de Lucerne
L’autogoal des intégristes
par  Jean-Paul Guisan, le dimanche 19 juin 2005, vu 231 fois

Cette année, la Pride s’est faite nationale, histoire de mieux fêter la victoire du 5 juillet. Lucerne, "capitale" de la Suisse centrale était le lieu approprié, avant tout parce qu’il y a eu des gens sur place qui avaient envie de se lancer dans l’entreprise.

Cette Pride se devait d’avoir des allures de carte postale, à l’image de la ville - dans le meilleur sens du terme. Un exemple : les guggenmusiken (fanfares de carnaval), qui ont avantageusement replacé les habituelles love mobiles (il y en avait aussi, par ailleurs de bonne qualité).

Pour donner un coup de publicité, nos amis les intégristes de la Fraternité Saint Pie X avaient décidé de contribuer à la manifestation par un happening de leur cru, qui n’était pas été bien méchant, à genoux et en prières (on a l’exhibitionnisme qu’on mérite), si ce n’étaient certains textes sur les pancartes (en substance : ’’L’homosexualité est guérissable"/"Pire que le tsunami’’) Ces messieurs, qui ne font donc pas partie de la communion catholique romaine, s’offusquaient en particulier de ce que, dans le cadre de la Pride, une célébration (œcuménique) allait être tenue dans une église catholique de Lucerne, avec l’accord du curé. Ce fut un parfait autogoal. En effet, la rumeur d’une intervention intégriste a fait que l’église s’est remplie d’un tas de priders qui autrement n’y seraient pas venus et qui se sont coltiné très sagement, très dignement, un sermon et des prières, en allemand et en français... Et en fait d’intervention perturbante, cela s’est borné à une brave dame qui est montée dans la chaire, a dit ce qu’elle pensait (Dieu n’approuve pas cette célébration, repentez-vous, etc.) et ce fut tout. Le soussigné n’en a rien perçu, occupé qu’il était à co-animer la célébration (sauf le bruit fracassant quand elle s’est heurtée contre le portail de l’escalier menant à la chaire, mais c’est seulement après coup qu’on m’a raconté ce qui s’était passé).


Célébration de la victoire du 5 juin dans l’Église des Franciscains

Extraits de la prédication de Lukas Baumann sur le Psaume 57,8-11

Dans le passage du Psaume que nous avons entendu, il y a quelqu’un qui exprime sa joie avec force. Tout comme une foule de gens se sont réjouis lorsque la loi sur le partenariat a été acceptée. Cette satisfaction, qui s’est exprimée avec force pendant le cortège, n’est pas tout. La joie s’ouvre, elle se lie à la reconnaissance. De la joie naît la reconnaissance. La reconnaissance doit jaillir du cœur, elle ne doit pas tourner au rituel. Aux cadeaux, il ne faut pas répondre avec des contre-cadeaux, mais en donnant son attention et en s’engageant.

Avec la nouvelle loi sur le partenariat, cet engagement devient évident. Il prend la forme d’une responsabilité, une responsabilité qui rejoint la liberté d’aimer, la liberté d’aimer en vivant le plaisir et la passion. Cette responsabilité, c’est la seule manière qui convient pour dire merci.

Nous pouvons nous réjouir de cette victoire. Nous pouvons nous réjouir de ce qu’il nous est donné de vivre, quelle que soit la forme que peut prendre notre vie. Cette joie va de pair avec la gratitude. Cette gratitude se traduit en engagement et en responsabilité par rapport à ce que nous vivons, par rapport au couple, par rapport à notre comportement en général.

Lukas Baumann, théologien protestant, Lucerne Trad. Jean-Paul Guisan

Photo : Frédéric


A voir aussi, les photos de gayromandie.ch prises lors de la Pride à Lucerne

D’autres échos de la Pride de Lucerne sur le site de Dialogai et sur celui de 360°.

Pour ceux qui lisent l’allemand, voir encore la Neue Luzerner Zeitung et le Tages Anzeiger.

Toute une série de photos sont par ailleurs disponibles sur le site de Lautundspitz.ch.

Côté TV, enfin, la TSR et SF1 ont consacré un sujet à la Pride nationale 2005.