Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Retour gagnant pour la Gay Pride
Société
Une liste d’homos dans les calepins des gendarmes Première enquête représentative sur les désirs de partenariat des (...)
Retour gagnant
pour la Gay Pride
par  la rédaction, le dimanche 3 juillet 2011, vu 225 fois

Plus de 4000 personnes ont participé aux manifestations organisées samedi à Genève

Attendue depuis sept ans, la Pride 2011 a tenu son pari.Dix mille personnes, selon les organisateurs, 1000, selon la police, ont défilé du quai Wilson au mur des Réformateurs à l’appel des associations homosexuelles, lesbiennes, bi et trans. Ce seront finalement plus de 4000 personnes qui auront participé aux trois manifestations organisées samedi à Genève. Un défilé pour scander les revendications dans une démarche artistique et décontractée ; un village aux Bastions propice à la détente ou aux retrouvailles et une nuit fiévreuse dans les coursives du Stade de Genève, raout où l’on ose danser, embrasser et s’afficher avec un•e partenaire du même sexe.

La Pride, ancienne Gay Pride, a démarré au quai Wilson vers 15 h, où un millier de personnes s’étaient rassemblées. Le cortège s’est ensuite étoffé tout au long du parcours. Déguisements et tenues affriolantes se mêlaient aux allures plus sobres de celles et ceux qui cherchaient à se fondre dans la foule. Poussettes et carrioles se disputaient le bitume derrière les chars archaïques de ce serpent multiculturel, composé de toute la richesse et la diversité d’une société.

Quelques touristes et badauds applaudissaient les danses et les costumes. Des anges passaient, des pancartes défilaient dans l’enthousiasme général, emportant tout le monde dans la bonne humeur. Deux femmes vêtues d’une burka photographiaient ces drôles de Genevois en riant. Mais, plus qu’un défilé excentrique et festif, la Pride est bien un vecteur de messages. Au-delà des clichés se cache la réalité quotidienne des homosexuels. Dans leur discours lors du rassemblement, la conseillère administrative de Genève, Sandrine Salerno, et le président du Conseil d’Etat, Mark Muller, ont réitéré leur soutien à la lutte contre l’homophobie.

Dans la foule, la vieille garde du milieu homosexuel genevois était bien là. Mais aussi des centaines de jeunes, très jeunes, prêts à prendre la relève et à se battre pour l’égalité des droits et des chances. « Etre juste considéré comme tout un chacun est primordial, lâche une jeune femme au ventre rebondi. Ce n’est pas normal qu’on doive se battre pour que nos enfants puissent avoir deux parents. »

La Confédération a en effet, encore récemment, confirmé l’interdiction pour les personnes partenariées d’adopter l’enfant de leur conjoint.

Source : Isabel Jan-Hess pour 24Heures