Accueil du site > Infos > International > San Francisco : Gavin le héro, Gwen (...)
International
Ma semaine à San Francisco Groupe népalais menacé de fermeture par la Cour Suprême - Appel de (...)
San Francisco :
Gavin le héro, Gwen la martyre
par  Frédéric Gloor, le lundi 2 août 2004, vu 847 fois
Tags : - USA - GayPride

Deux noms revenaient dans le défilé de la Pride de San Francisco : Gavin Newsom et Gwen Arujo. Il est le plus jeune maire que San Francisco ait connu : en quelques mois, Gavin Newsom a acquis une très large popularité et une réputation mondiale. Pour sa 8ème participation a la GayPride, c’est en héros qu’il a traversé la ville. Elle est née garçon, mais a vécu en fille depuis l’âge de 14 ans. Une année après son assassinat, la famille et les amis de Gwen Ajuro sont soutenus par des centaines de militants et demandent que justice soit faite.

« On ne m’a pas élu pour que je reste assis », confie Gavin Newsom aux journalistes. Élu fin 2003 par 53 % des voix, il aura marqué sa première année d’exercice par la plus courageuse décision qui soit : célébrer des mariages entre personnes de même sexe à San Francisco contre l’avis du gouverneur de l’état, Arnold Schwarzenegger, obligeant la Cour à trancher. L’interdiction juridique tombée, il promet de ne pas en rester là et de continuer la lutte. Entre-temps, plus de 4 000 couples ont été officiellement unis par la ville, mais illégalement aux yeux de l’état de Californie. C’est un petit pas pour l’homme, mais un premier pas pour l’humanité.

JPEG - 36.7 ko
Gavin Newson

Il fait désormais bon d’être une femme dans l’administration communale : Gavin Newsom est le premier maire à promouvoir les femmes en les plaçant tout en haut de l’échelle. Ce sont désormais des femmes qui sont chef de la police, des pompiers, superviseur d’équipe ou responsable des services sanitaires. Le maire admet penser que si les hommes sont excellents dans les domaines transactionnels, les femmes construisent de meilleures relations et sont à leur place dans la direction des équipes.

C’est un fait divers local tragique qui a fait le tour du monde : Gwen Ajuro est née garçon près de San Francisco sous le nom d’Edward mais a vécu en fille dès l’âge de 14 ans. Elle a été assassinée en octobre 2002 par un groupe d’hommes qui - après avoir eu une relation sexuelle avec elle - ont découvert qu’elle était de sexe biologique mâle. Gwen avait 17 ans.

JPEG - 11.2 ko
Gwen Arujo

Michael Magidson et José Morel, tous deux âgés de 24 ans, ont avoué avoir eu des relations sexuelles (orales et anales) avec Gwen Ajuro. Au cours des discussions avec leurs amis Jason Cazares (24 ans) et Jaron Nabors (21 ans), le doute naît sur la féminité naturelle de Gwen. Lors d’une soirée House, le groupe de quatre garçons mettent un terme à leurs suspicions et découvrent que le sexe biologique de Gwen est masculin. Ils la battent violemment, longtemps, puis l’étranglent, transportent son corps en voiture, la brûlent, l’enterrent près d’un chemin de campagne, et s’en vont prendre leur petit déjeuner au McDonald sur le chemin du retour.

Gwen a-t-elle menti en camouflant ses attributs masculins qu’elle projetait de faire enlever ? L’avocat de la défense plaide en ce sens : « Eddie Araujo, ou Gwen, a le droit d’être qui elle pense être, mais un hétérosexuel masculin a le droit de choisir le sexe de ses partenaires sexuels ». L’avocat va encore plus loin en prétendant que ses clients ont été forcés d’accomplir un acte homosexuel.

Le procureur reconnaît un meurtre au premier degré avec préméditation et réclame 25 ans de prison au minimum. La défense demande une peine de 15 ans de prison, plaidant pour un meurtre au second degré (meurtre intentionnel non prémédité, découlant d’un choc impulsif). Le procès, ouvert le 14 avril, aura partagé le jury comme jamais. Le 24 juin, après 10 jours de délibération, la Cour admet ne pas encore disposer de décision unanime.

Sylvia et Imelda Guerro, la mère et la tante de la victime, ont décidé d’informer la population sur la question transgenre en donnant des interviews et des conférences. « Sa mort était peut-être un signe de Dieu pour que les gens ouvrent les yeux », confie la tante de Gwen. « Nous sentons maintenant le grand travail que nous avons à accomplir, nous devons le faire au nom de Gwen et au nom des autres Gwen... »