Accueil du site > Santé > Prévention > Syphilis et gonorrhée font leur (...)
Prévention
VIH / Sida : des annonces en matière de recherche vaccinale à (...) Capote or not capote ? La prévention du sida chez les (...)
Syphilis et gonorrhée
font leur come-back
par  la rédaction, le mercredi 14 juillet 2010, vu 490 fois
Tags : - IST - Prévention

Les cas de MST ont fait un bond significatif au cours des six premiers mois de l’année en Suisse. La syphilis a notamment progressé dans l’Arc lémanique.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a dénombré 611 cas de syphilis et 647 de gonorrhée dans le pays, soit pour chacune de ces deux maladies une hausse d’un tiers par rapport à la même période de 2009. Genève et Vaud semblent particulièrement touchés par la syphilis : à eux deux, ces cantons lémaniques rassemblent un tiers des cas enregistrés en Suisse depuis le début de l’année.

L’OFSP rappelle les règles de prévention de base contre ces infections : le port du préservatif et les tests de dépistage. L’Office prévoit en outre de mettre prochainement sur pied une nouvelle campagne mettant en exergue les dangers de ces maladies sexuellement transmissibles, ainsi que les moyens de s’en protéger et de les traiter.

Syphilis et chaude-pisse, parmi d’autres MST, connaissent une recrudescence marquée dans toute l’Europe depuis le milieu de la décennie.

Source : 360°


Stratégie fédérale contre les fléaux vénériens

Depuis le début de l’année, les autorités ont recensé un tiers de syphilis et de gonorrhée de plus qu’en 2009.

Alerte sur le front des maladies sexuellement transmissibles (MST). Selon les données récoltées par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), la syphilis et la gonorrhée sont en hausse. La chlamydia, elle, reste stable.

« Pour la syphilis, il s’agit de déclarations de laboratoires qui doivent être analysées par des déclarations complémentaires des médecins », précise Jean-Louis Zurcher, porte-parole à l’OFSP. Il a confirmé hier une information parue dans la SonntagZeitung . La Suisse n’est pas le seul pays concerné. « Le sida fait peut-être moins peur, les gens oublient de se protéger », avance Jean-Louis Zurcher. Les mesures de prévention sont les mêmes que pour le VIH : rapports sexuels protégés et dépistage. « Nous élaborons une stratégie pour lutter contre ces infections », précise Mona Neidhart, également porte-parole. Aujourd’hui en consultation, elle pourrait être valable dès 2011. Non traitées, les MST peuvent être mortelles, causer maladies chroniques, infertilité, cancers, complications de la grossesse, problèmes chez le nouveau-né et favoriser la contraction du sida.

Source : ATS via 24Heures.