Accueil du site > Infos > International > Taiwan : Une étude sur la sexualité (...)
International
2005 - L’année des deux courants opposés Homoparentalité : Un no man’s land juridique
Taiwan :
Une étude sur la sexualité met en lumière la déprime des jeunes homosexuels
par  Frédéric Gloor, le mardi 10 octobre 2006, vu 832 fois
Tags : - Dépression - Taiwan

Taïwan s’intéresse à la sexualité de ses jeunes. Près de 13% des étudiants homosexuels de Taiwan souffrent de graves dépressions et attentent trois fois plus à leur vie que leurs congénères hétérosexuels selon un sondage publié par le Ministère de l’Education ce dimanche.

Ko Hui-Chen, membre du Comité Ministériel aux Affaires Estudiantines, aidée par un groupe d’étudiants, a élaboré un questionnaire et a conduit le sondage sur près de 4900 étudiants à travers Taïwan, collectant 1353 réponses exploitables de la part d’hommes et 1303 de la part de femmes.

10% d’homosexuels

Sur ce total, 83.60% se déclarent « complètement hétérosexuels », 9.90% se déclarent « homosexuels », et 2% déclarent être « bisexuels ». Parmi les « homosexuels », une partie d’entre eux, un tiers, déclarent ne pas être « sûr(e)s » de leur orientation sexuelle. Madame Ko a indiqué qu’après avoir étudié les réponses, son équipe avait découvert que les homosexuels étaient plus déprimés et plus faciles à être tentés par le suicide que les autres. 12,90% des homosexuels déclarent se sentir déprimés, contre 4.80% des hétérosexuels.

La difficile acceptation

Madame Ko indique par ailleurs que les étudiants homosexuels sont plus perturbés émotionnellement que les hétérosexuels, et que leur amour-propre est plus souvent négatif notamment du fait des importantes pressions qu’ils subissent dans leurs vies amoureuses. Un résultat de l’étude démontre également que les proches des sujets homosexuels, et parfois eux-mêmes, ont du mal à accepter cet état de fait.

Une recherche de solutions

Madame Ko a indiqué que le Ministère de l’Education essayait de créer des campus plus tolérants à l’encontre des homosexuels, en les poussant à s’épanouir et à s’accepter, indiquant qu’elle espérait que les autres sauraient également les accepter et les aider, loin des stéréotypes et des discriminations. Dans sa conclusion du rapport, elle invite les étudiants homosexuels à apprendre à être indépendant, et à ne pas dénier leur nature.


source : Tapei Soir