Accueil du site > Infos > International > Thorbjørn Jagland : « Il est temps (...)
International
La France se félicite du démarrage d’un fonds de soutien contre (...) Louis-Georges Tin : « Les intégristes se servent de la foi pour (...)
Thorbjørn Jagland :
« Il est temps de faire quelque chose contre l’homophobie »
par  la rédaction, le mardi 18 mai 2010, vu 129 fois
Tags : - Homophobie - Journée mondiale contre l’homophobie - 17 mai

Le Secrétaire général du Conseil de l’Europe (et par ailleurs président du Comité Nobel attribuant le prix Nobel de la Paix), ancien Premier ministre norvégien, a souhaité publier dans TÊTU cette tribune à l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie.

« La discrimination pour des motifs d’orientation sexuelle ou d’identité de genre doit être reléguée au rang de l’histoire »

Le 17 mai est la Journée mondiale contre l’homophobie. L’Europe a vu les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) progresser de manière importante, mais il reste encore beaucoup à faire.

En mars, les représentants des 47 pays membres de la plus vieille organisation européenne, le Conseil de l’Europe, ont recommandé que toute personne doit pouvoir jouir de ses droits et libertés sans aucune discrimination, notamment pour des motifs d’orientation sexuelle ou d’identité de genre. Ils ont également reconnu que l’absence de discrimination à leur égard de la part des pouvoirs publics et, lorsque nécessaire, la prise de mesures positives visant à les protéger de tout traitement discriminatoire, y compris de la part d’acteurs ne relevant pas de l’Etat, sont des aspects essentiels du système international de protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Le 8 mai, à Vilnius, l’idéal européen de respect des droits de l’homme a eu raison du fanatisme et de la haine. Pour la toute première fois, une gay pride a pu se dérouler dans la ville : 500 personnes ont défilé et environ deux fois plus ont manifesté contre. Un policier et un journaliste auraient malheureusement été blessés lors d’affrontements avec les opposants au défilé, mais les autorités sont parvenues à protéger les participants, ce dont il faut les féliciter. Le droit à la liberté de réunion pacifique est garanti à la fois par la Convention européenne des droits de l’homme et par la Constitution lituanienne. Les droits des personnes LGBT ne pouvant être niés, l’interdiction des marches des fiertés est contraire aux valeurs d’un pays européen moderne et aux normes du Conseil de l’Europe.

Il y a pratiquement vingt ans que l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré que l’homosexualité n’est pas une maladie et la position scientifique et médicale dominante est qu’il s’agit d’une variante naturelle du comportement humain. J’estime que les préjugés de la majorité à l’encontre de la minorité homosexuelle ne peuvent justifier la discrimination. J’estime aussi que la discrimination pour des motifs d’orientation sexuelle est tout aussi inacceptable que la discrimination fondée sur le sexe, la race ou la religion.

La théorie est jolie, certes, mais comment les choses se passent-elles dans la réalité ? L’homosexualité a été dépénalisée dans tous les Etats membres du Conseil de l’Europe et pourtant les personnes LGBT sont toujours confrontées à des préjugés et à une hostilité profondément ancrés et la discrimination à leur égard reste très répandue dans toute l’Europe. Alors il est temps de faire quelque chose.

En avril de cette année, lors du débat sur un rapport majeur relatif à la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, des parlementaires de toute l’Europe réunis au Conseil de l’Europe ont exprimé de sérieuses inquiétudes au sujet des violations de la liberté de réunion et d’expression des personnes LGBT. Ils ont aussi évoqué des cas inquiétants de discours de haine de la part de certains responsables politiques et religieux et d’autres représentants de la société civile.

L’identité européenne se définit tout autant par des valeurs que par la géographie. Ce n’est pas seulement l’endroit où nous vivons, mais la manière dont nous vivons ensemble qui fait de nous des Européens. L’éradication de l’homophobie et de la transphobie nécessite une volonté politique dans les Etats membres. Seul un débat constructif au sein de nos sociétés, engagé et conduit par des responsables politiques visionnaires, finira par reléguer au rang de l’histoire la discrimination pour des motifs d’orientation sexuelle ou d’identité de genre.

Thorbjørn Jagland, Secrétaire général du Conseil de l’Europe

Source : Têtu