Accueil du site > Infos > Suisse > Politique > Un UDC bisexuel et « original » au (...)
Politique
Lancement d’une coalition internationale des villes contre (...) Education sexuelle : les jeunes UDC lucernois lancent une (...)
Un UDC bisexuel et « original » au Conseil National
par  la rédaction, le jeudi 10 mars 2011, vu 237 fois

Suite à l’élection dans le canton de Berne d’Adrian Amstutz pour remplacer Simonetta Sommaruga au Conseil des Etats, Thomas Fuchs, blochérien et créateur de la section gay de l’UDC, s’installe à la Chambre du peuple.

La gauche n’a pas réussi à sauvegarder le siège laissé vacant par celle qui est désormais conseillère fédérale. Avec une petite avance de 3637 voix sur la socialiste Ursula Wyss, c’est l’UDC Adrian Amstutz (57 ans) qui a remporté cette élection complémentaire hier au second tour. Il sera remplacé au Conseil National par son camarade Thomas Fuchs, 44 ans, un personnage décalé et très conservateur décrit comme un « original » par son propre parti. Ouvertement bisexuel, « il ne thématise pas son orientation sexuelle et ça ne pose aucun problème », selon Oskar Freysinger. Fuchs est pourtant à l’origine de la section « rose » de son parti et est apparu sur des listes de candidats ouvertement gay promues par les associations LGBT lors d’élections nationales.

Mais l’égalité des droits pour les homosexuels ne semble pour autant pas constituer sa priorité même s’il avait été l’un des rares à l’UDC à soutenir le partenariat enregistré en 2005. Il préfère d’avantage ausculter de près les écuissons bernois pour vérifier que l’ours penche bien du bon côté. Ou pester contre les « gauchistes » et la Reithalle, un haut lieu alternatif qu’il essaie de liquider depuis quinze ans. En janvier, il s’était également démarqué en proposant au Parlement bernois que l’Etat et les assurances ne participent plus aux frais de dégrisement pour les jeunes qui abusent de l’alcool, soulignant qu’il n’a été ivre qu’une seule fois mais que « ce n’était pas en Suisse ». De quoi tuer à tout jamais le cliché qui voudrait que tous les gays votent à gauche.

Source : 360°


Les homosexuels de l’UDC ont un premier élu au Conseil national

Portrait | Le Bernois Thomas Fuchs succède à Adrian Amstutz. Il apprécie les Christoph Blocher et Leonardo DiCaprio.

A Berne, son rire résonne loin à la ronde. Après dix ans d’attente, Thomas Fuchs vient d’obtenir une place au Conseil national. Le Bernois de 44 ans succédera, le 11 avril, à Adrian Amstutz, élu dimanche au Conseil des Etats. Il deviendra ainsi le premier UDC officiellement homosexuel à siéger sous la Coupole fédérale.

Pour ce fan de Christoph Blocher et de Leonardo DiCaprio, cette élection sonne comme une revanche. « Elle est la preuve qu’il vaut la peine de poursuivre ses objectifs quoi qu’il arrive », lance celui qui a toujours rêvé d’être élu à la Chambre du peuple.

Membre des Jeunes UDC dès l’adolescence, ce cadre d’une grande banque suisse est entré au parlement de la ville de Berne à 28 ans. Si ses « Witz » et son franc- parler séduisent les électeurs, ses positions radicales copiées sur la ligne zurichoise du parti font dire à ses adversaires qu’il est un « populiste prêt à tout pour réussir ».

  • Certains UDC l’ont évité

Mais sa carrière reçoit un coup de frein en 1997, lorsqu’un magazine gay révèle son homosexualité. « Ça m’a poussé à faire mon coming out, se souvient-il. Hélas, ensuite, certains comportements ont changé. Des personnes ne voulaient plus être vues avec moi, d’autres refusaient de me tutoyer et des membres de l’UDC ont même refusé momentanément de faire liste commune avec moi pour les élections au Grand Conseil. »

Dans un parti conservateur qui défend les valeurs familiales traditionnelles, Thomas Fuchs devient un mouton noir. S’il parvient finalement à entrer au parlement cantonal en 2005, l’affaire n’est pas totalement enterrée pour autant. La création, l’an dernier, de l’association Gay UDC, dont il est membre, fait polémique. Non seulement elle n’est pas reconnue par le parti suisse, mais, en plus, elle est qualifiée de « tumeur à éradiquer » par un membre des Jeunes UDC Valais.

  • Petite révolution

Qu’un homosexuel UDC parvienne aujourd’hui à entrer au National, après trois tentatives avortées entre 1999 à 2007, est une petite révolution. « Nous sommes très fiers ! lance Beat Feurer, président de Gay UDC. Son mandat lui permettra de bâtir des ponts entre nous et les autres élus du parti. »

« J’espère que les esprits sont plus ouverts à présent et que mon orientation sexuelle ne sera pas un thème, tempère Thomas Fuchs, persuadé qu’il est loin d’être le seul gay sous la Coupole. Dans le cas contraire, je leur rappellerai que je suis membre de Gay UDC comme d’autres le sont de l’Union suisse des paysans. D’ailleurs, ceux-ci devraient avoir plus peur des végétariens que des homosexuels ! »

Jamais à court de blagues, ce capitaine de l’armée, dont le cœur « n’est plus à prendre », ne manquera pas de faire rire ses collègues. De leur côté, ces derniers assurent que son homosexualité ne posera pas de problème. « On s’en fiche ! » s’exclame Oskar Freysinger. Si le conseiller national valaisan ne voit pas l’utilité d’une section homosexuelle de l’UDC, il affirme avoir beaucoup d’estime pour ce politicien « dynamique, talentueux et fonceur ».

Des qualités que Thomas Fuchs compte bien cultiver. Lui qui n’a dévié de la ligne partisane qu’une seule fois en soutenant le partenariat enregistré, continuera de s’opposer à l’adoption d’enfants par les homosexuels, à l’Union européenne ou aux criminels étrangers. Preuve, si besoin est, qu’on peut être blochérien et gay.

Source : 24 Heures


Un homosexuel du parti populiste UDC élu au Conseil national

Thomas Fuchs, un populiste homosexuel, fondateur de la section gay de l’UDC, vient d’être élu à la chambre des députés suisses. Une première.

Bernois, âgé de 44 ans, Thomas Fuchs deviendra le 11 avril prochain le premier élu UDC officiellement homosexuel à siéger à la Chambre du peuple..

Son homosexualité a été révéle en 1997 par un magazine gay, un outing rien moins qu’évident au sein de l’UDC, un parti populiste xénophobe qui s’est souvent distigué par des positions homophobes.

Il a créé, l’an dernier l’association Gay UDC qui n’est pas officiellement reconnue par son parti et qui a même été qualifiée de "tumeur à éradiquer" par un membre des Jeunes UDC.

"Son mandat lui permettra de bâtir des ponts entre nous et les autres élus du parti", dit cependant espérer l’actuel président des gays UDC.

"J’espère que les esprits sont plus ouverts à présent et que mon orientation sexuelle ne sera pas un thème", a pour sa part déclaré Thomas Fuchs.

Contre l’avis de son parti, il a soutenu le partenariat enregistré en 2005, mais est opposé à l’adoption d’enfants par les homosexuels et ne fait pas de l’égalité des droits pour les homosexuels sa priorité.

Source : E-llico