Accueil du site > Infos > Suisse > Société > Un artiste accusé d’homophobie invité (...)
Société
Les associations LGBT suisses ouvrent le débat sur l’homoparentalité Prêtres interdits de Gay Pride : consternation à Zurich
Un artiste accusé d’homophobie invité au Palladium (Genève)
par  la rédaction, le mardi 29 juin 2010, vu 237 fois
Tags : - Homophobie - Jamaïque

Le chanteur de dancehall Beenie Man va se produire le 30 juin. Une association veut l’en empêcher.

Dans un courriel adressé à la Mairie de la ville, Yves-Olivier Magerl, responsable de swissgay.ch, demande l’annulation du concert de Beenie Man, chanteur dancehall jamaïcain. L’artiste, prévu demain au Palladium, salle gérée par la Ville, est accusé de propos homophobes soutenus dans certaines chansons. Notamment dans son morceau « Mi nah wallah » dans lequel le chanteur invite à « égorger les homosexuels ». Récemment, le musicien s’était déjà fait annuler son concert au festival Couleur café à Bruxelles, à la suite de l’intervention du Ministère de la culture wallon.

L’organisateur et les associations LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) ne dramatisent pas la situation. Dans une réunion organisée hier entre les associations LGBT et l’organisateur du concert, le mot d’ordre était le dialogue.

Pour Philippe Scandolera – coprésident de la Fédération genevoise des associations LGBT – c’est donc bien l’entente qui prime : « Il y a eu un vrai désir de rencontre ! Pas de confrontation, donc, mais plutôt un vrai dialogue entre les différents représentants. » Un communiqué commun doit être publié aujourd’hui.

Si l’organisateur, qui veut rester anonyme, partage ce point de vue, il précise que l’artiste s’était déjà produit au Montreux Jazz Festival en 2007. Selon lui, l’homophobie du chanteur n’est qu’une infime partie de son travail : « Sur 10 000 chansons, 9999 ne sont pas homophobes ! » Il insiste : « Une interdiction du concert ne serait qu’une pure et simple privation de la liberté d’expression. » En janvier dernier, Beenie Man s’était excusé de ses propos qu’il qualifiait « d’incompris ».

Pas de laxisme

Ce cas rappelle celui de l’humoriste Dieudonné interdit de salle municipale au début de 2009 pour propos diffamatoires. L’humoriste taxé d’antisémitisme avait dû se produire par deux fois dans un espace privé. Si la Ville se défend d’un quelconque laxisme par rapport à l’homophobie, une annulation du concert n’est pas prévue, le contrat étant déjà signé. A l’avenir, la prudence sera de mise, promet Valentina Wenger, adjointe de direction au Département des finances.

La Gérance immobilière municipale, qui s’occupe du Palladium, avait donné son accord sans connaître dans le détail la liste des invités. Valentina Wenger : « Nous assisterons au concert et allons déposer une plainte si des propos homophobes sont tenus. »

Source : La Tribune de Genève.