Accueil du site > Infos > International > Vatican Qui est le Cardinal (...)
International
Jérusalem accueillera la World Pride 2005 Mariage Gay - L’Espagne offre une égalité (pas très (...)
Vatican
Qui est le Cardinal Ratzinger ?
par  Steve , le mercredi 6 avril 2005, vu 303 fois
Tags : - Homophobie - Religion

Alors que nous attendons Jean-Paul III, Jean XXV ou Paul VII (le conclave se réunira à partir du 18 avril 2005), gayromandie publie un ancien article déjà paru le 7 novembre 2003, faisant le portait d’un des cardinaux clé qui (s’il ne devient pas le nouveau pape) continuera son œuvre de pouvoir et d’homophobie au Vatican.


Ajout du 19 avril 2005 :

le conclave a élu Joseph Ratzinger pape de l’Église catholique. Ce dernier a choisi de régner sous le nom de Benoît XVI


Dans un document publié cet été (2003), le Vatican a réaffirmé son opposition à la reconnaissance de l’homosexualité. S’adressant aux hommes politiques du monde entier, le Saint-Siège a voulu faire appel à leur devoir moral. L’auteur de ce texte réquisitoire est le cardinal Ratzinger, préfet de ce qui se nommait il n’y a pas si longtemps encore l’Inquisition et qui s’intitule aujourd’hui La Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Quelques explications sur celui qui détient plusieurs postes clés dans l’ombre de Jean-Paul II.

Fondée en 1542 par Paul III pour défendre l’Église des hérésies, La Sacrée Congrégation de l’Inquisition romaine et universelle, appelée plus simplement L’Inquisition a été à l’origine de massacres de prétendus sorciers au Moyen-Âge. Elle a été rebaptisée Sacrée Congrégation du Saint-Office par le Pape Pie X (1908). C’est Paul VI qui en a redéfini les compétences et lui a donné son nom actuel en 1967, avec pour mission de promouvoir et de protéger la doctrine et des mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique. Quand, tous les cinq ans, les évêques viennent à Rome à l’occasion de la visite ad limina Apostolorum, ils sont reçus par la Congrégation la Doctrine de la Foi pour un échange mutuel d’informations. La Congrégation est actuellement constituée de 25 membres – cardinaux et archevêques provenant de 14 nations diverses - et présidée par le cardinal allemand Joseph Ratzinger.


Né en 1927 à Marktl-sur-l’Inn, en Bavière, le cardinal Ratzinger est, depuis 1962, un des théologien du Concile. Nommé archevêque de Munich et de Freising en 1977, il devient en 1981 Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Le Cardinal-Préfet Ratzinger est aussi président de la Commission biblique pontificale et de la Commission théologique internationale. Il supervise en outre la rédaction et la publication du Catéchisme de l’Église catholique.

Dans une lettre adressée en 1986 aux évêques de l’Église catholique, le cardinal Ratzinger a décrit l’homosexualité comme un « mal moral », « un désordre objectif qui est contraire à la sagesse créatrice de Dieu ». Il écrit encore qu’un « souci spécial devrait être porté sur les personnes de cette condition, de peur qu’ils soient menés à croire que l’activité homosexuelle est une option moralement acceptable ». Il conclut sa lettre en souhaitant que soit retiré « tout appui envers un organisme qui cherche à contredire ces enseignements ».

En juillet 1992, le Vatican publie une autre proclamation signée par le cardinal Ratzinger, qui condamne les propositions législatives sur la non-discrimination des personnes homosexuelles. Rejetant le principe des droits de l’homme, le Vatican, de la voix de Joseph Ratzinger affirme que « ni l’Église ni la société ne devraient être étonnées quand les réactions irrationnelles et violentes augmentent ». En demandant des droits, les gays et les lesbiennes encourageraient les violences homophobes. Le Vatican légitime ainsi ces violences.

En 2003, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi publie des « Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles », qui en appellent au devoir moral des parlementaires du monde entier. « Le parlementaire catholique a le devoir moral de voter contre les projets de loi » et dans le cas où la loi existerait déjà, il doit « faire connaître son désaccord ».

Considéré comme un progressiste il y a une trentaine d’année, Joseph Ratzinger mène ainsi depuis des années une véritable croisade contre les personnes homosexuelles. S’il a déjà annoncé qu’il n’était pas candidat à la succession de Jean-Paul II, le cardinal conservera malheureusement son influence sur le prochain pape…


[Ajout du 20 avril 2005] Sur le même sujet, lire les billets de Guillaume Barry et de François Brutsch sur le blog Un swissroll. On y apprend notamment les raisons ayant poussé Ratzinger à choisir le nom de Benoît XVI (qui signifie étymologiquement béni de Dieu, mais qui désigne également en français moderne une personne affectant un air affable...).