Accueil du site > Infos > International > Vietnam : Les homos sont un mal (...)
International
France : Manifeste pour l’égalité des droits Cabale contre les homos à l’ONU Après la résolution, la circulaire (...)
Vietnam :
Les homos sont un mal social
par  Frédéric Gloor, le jeudi 25 mars 2004, vu 378 fois
Tags : - Législation - Discrimination - Vietnam

Ni pour ni contre. le Vietnam moderne n’a jamais légiféré en matière d’homosexualité. Cependant, en mai 2002, les médias gouvernementaux ont qualifié l’homosexualité de « mal social » et ont proposé l’arrestation pure et simple des couples gay en utilisant certaines lois existantes comme « indécence publique » ou celles liées à la « commercialisation du sexe ». Dans un pays où le sida est un problème de plus en plus grave, il semble que les homosexuels en soient devenus les boucs émissaires.

En 1998, un couple de lesbiennes a pu organiser un mariage dans la région du delta du Mékong. L’événement a été unanimement salué, mais deux semaines plus tard, une fois l’effet médiatique retombé, les autorités ont annulé le mariage et obligé les deux femmes à signer une déclaration dans laquelle elles s’engageaient à ne jamais plus vivre ensemble.

En novembre 2002, la police a fait irruption dans un sauna à Ho-Chi-Minh-Ville (Saigon) pour en arrêter les clients. Ces personnes ont été contraintes par la justice à prendre des cours de « rééducation », alors même qu’elles n’avaient enfreint aucune loi. D’après le site Internet Utopia Asia, un rapport ministériel alarmant affirme que le nombre d’homosexuels est en augmentation dans le pays. Ce rapport met le doigt sur des infiltrations d’homosexuels dans les branches du tourisme, de la restauration et prétend que leur «  comportement excentrique » les lient à la prostitution, à la drogue et contribue à la propagation du VIH au Vietnam.

Il semble que le gouvernement tente d’empêcher la venue de touristes gay. Ceux qui, par le passé, se sont affichés dans les médias ont vu leur visa être refusé pour des raisons obscures. Tant le Lonely Planet que le Guide du Routard conseillent aux gays de garder un profil bas lors de leur visite touristique. Étonnamment, les autorités restent aveugles face à l’escroquerie organisée que subissent les visiteurs gay à Hanoi et à Saigon. Utopia Asia conseille quand même aux touristes menacés de chantage de faire appel à la police.

Sur les routes vietnamiennes, lorsque le regard n’est pas attiré par les splendides paysages, il peut se poser quelques instants sur de grands panneaux de publicité gouvernementale. On y vante les bienfaits du communisme grâce à de beaux dessins désuets. Une de ces gigantesques illustrations présente d’un côté les trois lettres VIH barrées de rouge et de l’autre une saine et jolie famille : papa, maman, deux enfants, souriant à la vie. Une autre affiche présente un homme squelettique et verdâtre, les mains enchaînées aux lettres VIH (il ressemble aux juifs des campagnes de propagande nazies). Au bas de l’affiche, on distingue une seringue.

Le Vietnam est considéré par les Nations Unies comme l’un des «  points noirs » du sida en Asie avec le Cambodge, la Birmanie et le sud de la Chine, selon un communiqué d’ONU-SIDA. « Le nombre de personnes infectées par le VIH au Vietnam approche du point critique au-delà duquel il sera extrêmement difficile de contrôler l’épidémie », a précisé dans ce communiqué le Dr. Laurent Zessler, responsable d’ONU-SIDA pour le Vietnam. ONU-SIDA estime que les chiffres officiels sont sous-estimés et déplore que la prévention se limite aux toxicomanes et aux prostituées. Selon les autorités médicales, 80 % des nouveaux cas de contamination toucheraient des personnes de moins de 30 ans, y compris un nombre élevé d’étudiants et d’écoliers.

Depuis le premier cas officiellement annoncé en 1990, le nombre de malades et de morts a connu une ascension exponentielle. Plutôt que de mener une campagne de sensibilisation dans les milieux gay, les autorités ont choisi de montrer les homos du doigt : envoi dans des camps de rééducation ou incitation à la haine par le biais des médias gouvernementaux. Peut-être pensent-elles que le sida va éliminer naturellement les couches impures de la population dont les homos feraient partie. On n’ose le croire, tellement le pari serait risqué.


Des nouvelles un peu plus encourageantes sur la situation des HoLeBi au Vietnam (une série TV gay est en tournage) peuvent être lues sur le site de Gay Belgium