Accueil du site > Infos > Suisse > Droit > Votation fédérale du 5 juin : La (...)
Droit
5 juin : De retour de Berne Les Gays, le Travail et la Loi Loi sur le travail
Votation fédérale du 5 juin :
La Victoire en détails
par  Frédéric Gloor, le lundi 6 juin 2005, vu 245 fois

Le référendum demandé par les mouvements de l’Église dure n’a pas passé la rampe de la votation. Par 58 %, le partenariat enregistré reçoit une « légitimité populaire » unique au monde. Toutefois, il n’entrera en vigueur qu’en janvier 2007. Bâle frôle les 70 %, le Valais termine la marche avec un score « honorable » de 45 %.

« Je suis très fier du peuple suisse », a affirmé le secrétaire romand de Pink Cross sur la TSR au moment où les résultats tombaient. En leur donnant une plus grande égalité de traitement, la population suisse donne le signe clair d’une acceptation des homosexuels dans la société. La loi sur le partenariat permettra aux couples de gays et de lesbiennes de protéger juridiquement leur relation de manière aussi claire que les couples hétéros. Toutefois, avec l’interdiction de l’adoption et du recours à la procréation médicalement assistée, et en différenciant clairement le mariage (réservé aux hétéros) du partenariat (réservé aux homos), la nouvelle loi reste modérée.

C’est cependant d’une « évolution inquiétante » que les opposants, de la voix du conseiller national Ruedi Aeschbacher (PEV/ZH), parlent au lendemain du scrutin. Ils y voient l’expression d’un laisser-aller social. « Je suis persuadé que les défenseurs de la loi vont maintenant revendiquer l’adoption d’enfants par les couples de même sexe », a déclaré le député évangélique. À l’UDC (qui perd également la votation sur Schengen la même journée), on parle de « mauvaise solution ». Gregor Rutz, secrétaire général du parti avance que « certains proposent déjà de changer le statut des concubins ».

Pour les socialistes, la nouvelle loi contribue à l’édification d’une société plus équitable et ouverte aux minorités. Les libéraux saluent l’ouverture et le respect, alors que les radicaux se réjouissent d’un double effet : « d’une part, il facilitera le quotidien des couples homosexuels, et d’autre part, ce résultat est l’expression d’une tolérance généreuse ».

« Il incombe maintenant aux politiciens qui disaient que le mariage n’était pas menacé par cette loi de s’engager pour les familles », a déclaré le porte-parole de la Conférence des évêques. Chez les protestants qui s’étaient prononcé pour un « oui », on se réjouit du résultat : « Ce que la loi mettra en oeuvre est simplement la normalité », a déclaré Simon Weber, porte parole de la Fédération des Églises protestantes. « Dans l’Église protestante, des efforts sont déjà en cours pour préparer des bénédictions à l’église pour les couples homosexuels. Elles devront toutefois se différencier clairement du mariage ».

Seuls 6 cantons et demi ont dit non à la loi sur le partenariat. Notons que dans ce qui nous apparaît comme la traditionnellement conservative Suisse centrale, les écarts sont très faibles. Uri refuse par 500 voix d’écart, Schwyz par 400, alors qu’Obwald accepte avec 100 voix d’avance, Glaris 200 et Nidwald 1500. Lucerne, qui accueillera la prochaine Pride nationale, accepte avec près de 20 000 voix d’avance. Pas de surprise en revanche entre les deux Appenzell : l’Extérieur accepte avec 1000 voix d’avance alors que l’Intérieur refuse avec 1000 voix d’écart (sur une participation de 6000 électeurs !), ce qui en fait champion du non au niveau national avec 58,4 %. Le canton de Thurgovie a également refusé la loi avec 4000 voix de différence.

C’est un refus très net qui es sorti des urnes dans le canton du Valais (55,2 % de non et 11 000 voix d’avance sur le oui). C’est en pourcentage le deuxième meilleur résultat du non au niveau national, mais aussi le canton où l’écart entre les voix est le plus élevé. Certains observateurs ont toutefois noté que le 45 % de oui montre une plus grande ouverture que ce qui avait été craint. Rappelons que la bataille avait fait rage dans les vallées alpines lors de la campagne, les opposants n’hésitant pas à dépasser certaines limites : « Verra-t-on prochainement les autres minorités sexuelles (zoophiles, pédophiles et autres) demander la reconnaissance et la normalisation de leurs moeurs ? » (UDC-Valais).

Le canton du Jura refuse la LPart à 400 voix près. « C’est indigne d’un canton qui se prétend ouvert et progressiste », nous fait savoir une lectrice jurassienne dans un sympathique message déposé dans notre boîte-à-courriels. Notons que, dans un autre fief de l’Église catholique : le canton de Fribourg, le oui l’emporte à 53,3% (6500 voix d’avance).

Les cantons qui ont offert plus de 60 % de leurs voix en faveur du partenariat sont : Vaud (60,6 %), Genève (61,7 %), Zoug (62,7 %), Zurich (64,3 %), Bâle-Campagne (65,9 %) et pour le meilleur score : Bâle-Ville (68,6 %).

La loi sur le partenariat a été adoptée définitivement. Toutefois, dans un communiqué de presse publié dimanche après-midi, le Département fédéral de justice et police rappelle qu’il faudra encore faire preuve de patience avant de passer à la pratique : la Confédération et les cantons devront procéder à la modification de certains actes, des banques de données devront être adaptées et le personnel des services d’état civil devra suivre une formation. La loi sur le partenariat entrera en vigueur le 1er janvier 2007. Après plus de dix ans de lutte, on n’est pas à dix-huit mois près...

Sources : swissinfo - ATS - Le Temps - 24heures


Complément du 20 juillet 2005 :

L’analyse Vox des deux scrutins du 20 juillet 2005 révèle une polarisation selon l’âge des votants : les jeunes entre 18 et 29 ans ont voté oui à la LPart à 74 %, tandis que les personnes de 70 ans et plus ont rejeté la loi à 62 %.

Sans suprise, les personnes au bénéfice d’une formation et d’un statut social élevé ont en moyenne davantage soutenu le partenariat enregistré que les autres.

Une analyse encourageante, car elle indique que le temps et l’information font et feront encore reculer les préjugés et l’hostilité à l’égard de l’homosexualité.

Steve
Source : Le Temps

Le détail de l’analyse est disponible sur le site de Polittrends.ch.