Accueil du site > Infos > Suisse > Droit > Votations du 5 juin : La LPart (...)
Droit
Les arguments gay du NON au partenariat Votations du 5 juin (...) La tactique du salami et autres aliments impurs - Arguments (...)
Votations du 5 juin :
La LPart sous Infrarouge
par  Frédéric Gloor,  Jean-Paul Guisan, le jeudi 26 mai 2005, vu 210 fois

À moins de deux semaines du scrutin, les médias nous offrent leur derniers articles, presque tous en faveur de la loi sur le partenariat. La TSR a proposé en ce début de semaine un grand débat (Infrarouge, lundi) et une allocution du Conseil fédéral (représenté par Pascal Couchepin, mardi). En bonus, nous faisons le point sur les consignes de vote des partis et organisations suisses.

Infrarouge (diffusé le 23 mai sur la TSR) :

Globalement, le débat était d’une très bonne tenue. Marianne Huguenin s’est encore surpassée. Maurice Chevrier était pour sa part d’un calme et d’un posé redoutables. Betticher (représentant de l’Église catholique) a joué la folle de service. Il y avait trop d’invités, dommage qu’on n’ait pas entendu davantage le radical valaisan Léonard Bender (très intéressant et pertinent, présentant très bien. Et c’est Marianne Huguenin, hélas, qui lui a coupé la parole !) et Christian Verdon, qui avait aussi un ton adéquat pour représenter cette fameuse communauté homo. Déception avec la représentante de la FEPS, tant sur la forme que le contenu. Prestation remarquable du père d’un enfant gay. Le reportage émouvant sur Claudine Pernecker sonnait juste.

Quel bilan en tirer ? Comme pour tout débat de ce genre, la majorité des téléspectateurs aura été confortée dans ses opinions, sinon il est difficile de dire dans quel sens l’émission aura fait pencher la balance pour les indécis. Tout le monde avait un côté modéré et rassurant, plein de bon sens (sauf Betticher, qui tient un langage que la majorité des gens doivent abhorrer, sauf le 3ème âge).

Je me demande si, avec un homme de droite/centre-droite, il aurait été possible de gagner encore quelques points, mais ce n’est pas sûr, car dans sa prestation, Marianne Huguenin a le plus souvent fait oublier son appartenance politique. Et quand elle a mentionné qu’elle était cette fois dans le camp majoritaire, c’était amené de manière adéquate (comme le combat pour le droit de vote des femmes).

On ne peut qu’espérer que le vote des Romands va dépasser un peu plus largement le seuil de 50 %, sinon la joie de la victoire probable du 5 juin ne sera pas complète. La bataille n’est pas gagnée.

Jean-Paul Guisan


À l’exclusion de l’UDC, tous les partis gouvernementaux conseillent de voter OUI à la LPart le 5 juin prochain. À noter que le groupe des Jeunes UDC laissent la liberté de vote plutôt que de prôner le NON. Les section cantonales UDC de Berne, des Grisons, de Schaffouse et de Zoug appellent à voter OUI et se démarquent ainsi de l’organe central du parti. À l’inverse, si le PDC recommande le OUI, les sections cantonales de Fribourg, du Tessin et du Valais romand se sont prononcées pour le NON.

Parmi les partis non gouvernementaux, le NON est prôné par les Démocrates suisses (extrême droite), le Parti évangélique et l’Union démocratique fédérale (UDF), partis "éthiques" qui sont tous deux à l’origine de ce référendum. La Lega (parti tessinois, droite populiste) laisse la liberté de vote.

Chez les principales associations et organisations du pays, un appel au OUI a été lancé par l’Aide suisse contre le sida, Amnesty International section suisse, la Fédération des Églises protestantes, ainsi que la Fédération des femmes protestantes, la Ligue suisse des femmes catholiques, la Société suisse des employés de commerce, l’Union syndicale suisse et le Mouvement populaire des familles. Dans le camp du NON, on trouve l’Alliance évangélique et la Conférence des évêques catholiques. À noter que le groupe appelé hotellerie suisse laisse la liberté de vote à ses membres.

Frédéric Gloor.